Planète

Sillon de Talbert : une escale pour les oiseaux

Dossier - Tourisme dans le Finistère : entre terre et mer
DossierClassé sous :géographie , bretagne , mer d’Iroise

Terre sauvage qui a su dompter la nature avec une faune rare et abondante, le Finistère est résolument tourné vers la protection de son territoire terrestre et maritime. Le département abrite oiseaux, phoques gris mais aussi phares et sites géologiques.

  
DossiersTourisme dans le Finistère : entre terre et mer
 

Curieux également des particularités hors du département du Finistère, rendez-vous, le temps d'un focus, du côté des Côtes-d'Armor avec le sillon de Talbert. Du breton tal et berg, « front contre la mer », le sillon est situé à l'extrême nord de la commune de Pleubian. Il est composé d'un cordon de sable et de galets de près de trois kilomètres, qui s'engouffre dans la mer.

Le sillon de Talbert. © Crepi22, Wikimedia commons, CC by-sa 3.0

Le sillon de Talbert, un lieu de nidification pour les oiseaux

Les cris et chants des sternes, gravelots et eiders, se répartissant sur le territoire, enchantent. Il serait ainsi bien dommage de les perdre. C'est pourquoi, des projets d'aménagement et de balisage ont été conclus en 2007 afin de lutter contre une altération du site et son abandon par la faune et la flore. Les couples de la colonie de sternes naines (unique de la côte ouest) pourront désormais nidifier avant leur migration vers l'Afrique. 

Une vie florissante, même en hiver. On y trouve divers oiseaux, tels que des cormorans, grèbes, guillemots, courlis, esclavons, bécasseaux, bernaches, gravelots, pluviers, etc. Le sillon de Talbert est aussi un paradis pour sa faune aquatique abondante qui compte crevettes, tourteaux, araignée de mer, homards, etc.

Vue sur le sillon de Talbert dans les Côtes-d'Armor. © Pilot'22, Wikipédia

Le phare des Héaux-de-Bréhat, sentinelle marine

En parcourant la pointe, vous découvrirez les champs de choux-fleurs qui se jettent presque dans la mer. Au large, le plus haut phare de haute mer de France s'élève à 45 mètres. Construit en 1839 sur le plateau rocheux dont il porte le nom, le phare des Héaux-de-Bréhat protège les marins d'une côte où les récifs sont dangereux.