Planète

Des organismes adaptés pour résister à la pollution

Dossier - Les insectes aquatiques indicateurs de pollution
DossierClassé sous :développement durable , insecte , Pollution

-

Toute la physionomie d'une rivière est révélatrice de son état de santé. La difficulté survient quand il faut repérer les organismes les plus significatifs d'un état donné. Le Cemagref travaille depuis de nombreuses années dans la recherche bio-indicateurs qui permettraient de poser un véritable diagnostic de pollution. Insectes aquatiques et petits invertébrés seraient de bons candidats

  
DossiersLes insectes aquatiques indicateurs de pollution
 

Les prélèvements effectués à l'amont de la station d'épuration ont révélé une abondance d'organismes supportant une pollution accidentelle. Cette pollution mixte toxique et organique est liée aux déversoirs d'orages de la ville.

lLarve aquatique de pécoptère : un Perlidae. © Böhringer Friedrich - CC BY-SA 2.5

Les populations d'invertébrés sont perturbées par ces pollutions intermittentes. Les organismes les plus fréquemment retrouvés sont ceux qui sont capables de se remettre très vite d'une perturbation. Ils sont appelés organismes résilients. Ils se caractérisent par une nombreuse descendance. Ils sont en général de petite taille et ont une durée de vie courte. Ils respirent par les branchies mais aussi par un système leur permettant d'emmagasiner de l'air atmosphérique. Grâce à cela, ils sont capables de vivre dans des milieux peu oxygénés, comme dans le cas d'une pollution de type organique. Ces organismes sont souvent des larves d'insectes comme celles des coléoptères ou des libellules.