Planète

Une rivière passée à la loupe

Dossier - Les insectes aquatiques indicateurs de pollution
DossierClassé sous :développement durable , insecte , Pollution

-

Toute la physionomie d'une rivière est révélatrice de son état de santé. La difficulté survient quand il faut repérer les organismes les plus significatifs d'un état donné. Le Cemagref travaille depuis de nombreuses années dans la recherche bio-indicateurs qui permettraient de poser un véritable diagnostic de pollution. Insectes aquatiques et petits invertébrés seraient de bons candidats

  
DossiersLes insectes aquatiques indicateurs de pollution
 

En 1995, Stéphane Charvet du Cemagref de Lyon relève le défi. Ses travaux sont menés en partenariat avec la faculté des sciences de Lyon I pour la connaissance des traits biologiques des invertébrés et avec le GIP-Hydrosystèmes qui finance une partie de ses recherches.

Deux mollusques (Anodonta cygnea).© Rosser1954 - CC BY-SA 4.0

Pour savoir si la fréquence de certaines caractéristiques biologiques (modes de respiration, de reproduction etc.) peut être modifiée par la pollution, des prélèvements sont effectués pendant un an dans une rivière de l'Ain à proximité d'une agglomération. Tous les mois, l'eau est analysée en amont et en aval de la station d'épuration de la ville et les invertébrés sont étudiés. La méthode utilisée pour les prélèvements des organismes respecte la norme IBGN (indice biologique global normalisé) de l'AFNOR 92. Huit prélèvements sont systématiquement effectués dans des zones bien différentes de la rivière. Un filet placé dans l'eau face au courant permet de capturer les organismes dont la taille est supérieure à 0,5 mm. Ces organismes sont ensuite triés et déterminés au laboratoire grâce à une loupe binoculaire. Il s'agit essentiellement de larves d'insectes, de crustacés, de mollusques, de sangsues et de planaires.