Planète

Parois glaciaires : Mont-Blanc-de-Cheilon 3879 m

Dossier - L'évolution inquiétante des glaciers alpins
DossierClassé sous :climatologie , Suisse , fribourg

-

Ce dossier réalisé par les Instituts de Géographie des Universités de Fribourg et de Zurich vous informera de l'évolution et des changements intervenus ces dernières décennies dans l'environnement glaciaire alpin.

  
DossiersL'évolution inquiétante des glaciers alpins
 

Accès : visible depuis la Cabane des Dix qui s'atteint en 3-5 heures de marche depuis Arolla (via le Pas de Chèvres, échelles) ou depuis le Barrage de la Grande-Dixence.

Face nord du Mont Blanc de Cheilon. © Pmau CC BY-SA 4.0

Les clichés qui suivent nous montrent que la face nord du Mont-Blanc-de-Cheilon était largement recouverte de glace jusque dans les années 1940. En 1950, suite à une série d'étés chauds et secs, cette face apparaissait pratiquement libre de glace. La paroi devint à nouveau partiellement glaciaire dès les années 1960 (et peut-être déjà auparavant), situation qui prévalut jusqu'au début des années 1980. En 1989, la face est à nouveau "sèche". Elle le demeure depuis lors.

Vers 1920 Photo : A. Kern (source : Médiathèque Valais) - Tous droits de reproduction interdit

Il s'agit de la plus ancienne photographie dénichée. Quatre points sont à observer sur ce document et sur les photos qui vont suivre. 1) La face nord (à l'aplomb du sommet), ici presque uniformément recouverte de glace. 2) La face nord-est (à notre gauche), dont la partie inférieure est glaciaire (au-dessus de la rimaye). 3) La cascade de séracs qui relie le glacier situé au pied de la face nord avec le glacier de Cheilon. 4) L'épaisseur du glacier de Cheilon (au bas de la cascade).

Vers 1935 Photo : Ed. Gyger - Tous droits de reproduction interdit

L'entrée dans les années 1930 fut défavorable à la préservation d'une couche de glace épaisse dans la paroi nord du Mont-Blanc-de-Cheilon. Des rochers font alors leur apparition dans la face.

Gauche : Vers 1944 Photo : M. Sonney - Droite : Vers 1950 Photo : A. Jean-Richard - Tous droits de reproduction interdit

A la fin des années 1940, des étés chauds et secs ont conduit à l'assèchement de la face nord du Mont-Blanc-de-Cheilon en quelques années seulement. Sur le document de 1944, bien que crépie de neige fraîche, la face présente encore un état comparable à celui de la photo des années 1930 vue précédemment. A fin juillet 1950, la paroi nous apparaît pour la première fois presque exclusivement rocheuse. La cascade de glace s'est quant à elle affinée, alors que la surface du glacier de Cheilon s'est abaissée.

Gauche : En 1964 Photo : J. Zürcher - Tous droits de reproduction interdit

Dès les années 1960 (et peut-être même auparavant déjà), la face nord du Mont-Blanc-de-Cheilon a partiellement retrouvé sa couverture de neige et de glace. La cascade et le glacier de Cheilon ne semblent guère avoir évolué.

Vers 1980 Photo : Ed. Klopfenstein - Tous droits de reproduction interdit

La situation est similaire à celle de 1964. On constate également ici que le bas de la face nord-est est encore occupé partiellement par une couverture permanente de neige et de glace.

Vers 1989 Photo : J.-L. Disner - Tous droits de reproduction interdit

Les flancs du Mont-Blanc-de-Cheilon sont à nouveau libres de glace. En regardant de plus près, on aperçoit toutefois encore quelques lambeaux de glace gris-bleutés immédiatement au-dessus des rimayes au pied des faces nord et nord-est. L'individu masque malheureusement la cascade... Le glacier de Cheilon semble s'être encore abaissé quelque peu.

Vers 1994 Photo : D. Rittiner - Tous droits de reproduction interdit

De vagues couloirs de neige se sont reformés dans la face nord. On ne peut pas vraiment parler de ré-englacement. Il faut surtout ici noter la disparition de la cascade de glace, l'amincissement général des glaciers (de celui au pied de la face ainsi que de celui de Cheilon). On observe aussi que les glaciers sont très fortement recouverts de débris rocheux (couleur gris-noir). Les faces, autrefois protégées par la glace, sont aujourd'hui soumises au dégel et à l'érosion, d'où des chutes de pierres extrêmement fréquentes.