Le boisbois de chêne est un des bois les plus prestigieux des régions tempérées. Il est utilisé à la fois comme bois de chauffage et comme bois de constructionconstruction (poutrespoutres, planchersplanchers). Il est pris ici comme exemple de bois hétéroxylé. Il comporte en effet plusieurs types d'éléments verticaux (fibres et vaisseaux).

 <br />Figure 14 Coupe transversale de tronc de chêne. Du centre vers la périphérie, on observe le coeur de couleur foncée, l'aubier plus clair et l'écorce. L'aubier et le coeur sont formés de cernes concentriques. &copy; Photo R. Prat

Figure 14 Coupe transversale de tronc de chêne. Du centre vers la périphérie, on observe le coeur de couleur foncée, l'aubier plus clair et l'écorce. L'aubier et le coeur sont formés de cernes concentriques. © Photo R. Prat

On observe deux types de discontinuités :

- des fentes radiales qui correspondent aux rayons du bois et qui montrent que le bois peut être fendu verticalement,

- une discontinuité circulaire entre le bois et l'écorce.

Elle correspond à des tissus fragiles, le liber (ou phloèmephloème secondaire) et le cambiumcambium (ou zone génératrice libéroligneuse).

 <br />Figure 15. Coupe transversale de bois de chêne. &copy; Photo R. Prat

Figure 15. Coupe transversale de bois de chêne. © Photo R. Prat

On distingue nettement les rayons et les cernes. Ces derniers sont constitués d'une alternance de zones poreuses (gros vaisseaux, bois de printemps) et de zones plus compactes (bois d'été). Le bois a été mouillé : les cellules sectionnées transversalement ont absorbé l'eau et apparaissent foncées ; les rayons sectionnés longitudinalement apparaissent en clair.

 <br />Figure 16. Coupe longitudinale tangentielle de bois de chêne. Le bois a été mouillé. Les rayons sont sectionnés perpendiculairement à la direction de leurs éléments ; ils apparaissent foncés. Le reste de la coupe constitué de vaisseaux et fibres longitudinaux apparaît clair. La coupe n'étant pas parfaitement longitudinale, le bois de printemps de deux cernes (gros vaisseaux) apparaît sous forme d'arceaux plus foncés. &copy; Photo R. Prat

Figure 16. Coupe longitudinale tangentielle de bois de chêne. Le bois a été mouillé. Les rayons sont sectionnés perpendiculairement à la direction de leurs éléments ; ils apparaissent foncés. Le reste de la coupe constitué de vaisseaux et fibres longitudinaux apparaît clair. La coupe n'étant pas parfaitement longitudinale, le bois de printemps de deux cernes (gros vaisseaux) apparaît sous forme d'arceaux plus foncés. © Photo R. Prat

<br />Figure 17. Coupe longitudinale tangentielle de bois de chêne. Les gros vaisseaux verticaux du bois de printemps des différents cernes apparaissent nettement. Ils sont discontinus car la section n'est pas parfaitement longitudinale. Les rayons du bois apparaissent sous forme de stries perpendiculaires aux vaisseaux (champs de croisement). &copy; Photo R. Prat

Figure 17. Coupe longitudinale tangentielle de bois de chêne. Les gros vaisseaux verticaux du bois de printemps des différents cernes apparaissent nettement. Ils sont discontinus car la section n'est pas parfaitement longitudinale. Les rayons du bois apparaissent sous forme de stries perpendiculaires aux vaisseaux (champs de croisement). © Photo R. Prat

<br />Figure 18. Reconstitution tridimensionnelle d'un cube de bois de chêne de 1 cm de côté réalisé à partir des macrophotographies des 3 types de sections d'un même échantillon (transversale en haut, radiale à gauche et tangentielle à droite). &copy; Photo R. Prat

Figure 18. Reconstitution tridimensionnelle d'un cube de bois de chêne de 1 cm de côté réalisé à partir des macrophotographies des 3 types de sections d'un même échantillon (transversale en haut, radiale à gauche et tangentielle à droite). © Photo R. Prat

Les observations en microscopie permettent de préciser la structure

  • A - Coupe transversale

<br />Figure 19. Coupe transversale de bois de chêne. La section est effectuée à la limite de deux cernes. En bas, le bois d'été (année n) dans lequel on distingue quelques petits vaisseaux. En haut, le bois de printemps (année n + 1) dans lequel on observe de nombreux vaisseaux de très fort diamètre. Des rayons (certains très fins, certains très épais) traversent les cernes de haut en bas. Ils sont sinueux  au contact des gros vaisseaux. &copy; Photo R. Prat

Figure 19. Coupe transversale de bois de chêne. La section est effectuée à la limite de deux cernes. En bas, le bois d'été (année n) dans lequel on distingue quelques petits vaisseaux. En haut, le bois de printemps (année n + 1) dans lequel on observe de nombreux vaisseaux de très fort diamètre. Des rayons (certains très fins, certains très épais) traversent les cernes de haut en bas. Ils sont sinueux au contact des gros vaisseaux. © Photo R. Prat

<br />Figure 20. Détail du bois de printemps. On distingue nettement les gros vaisseaux, les fibres, les rayons fins (monosériés) et les rayons épais plurisériés). &copy; Photo R. Prat

Figure 20. Détail du bois de printemps. On distingue nettement les gros vaisseaux, les fibres, les rayons fins (monosériés) et les rayons épais plurisériés). © Photo R. Prat

  • B - Coupes tangentielles

 <br />Figure 21. Coupes longitudinales tangentielles de bois de chêne. On distingue les fibres verticales, des rayons monosériés (à gauche) et des rayons plurisériés (à droite) sectionnés transversalement. &copy; Photo R. Prat

Figure 21. Coupes longitudinales tangentielles de bois de chêne. On distingue les fibres verticales, des rayons monosériés (à gauche) et des rayons plurisériés (à droite) sectionnés transversalement. © Photo R. Prat