au sommaire


    Comment se forme le bois ?

    Comment se forme le bois ?

    Les plantes herbacées possèdent des tissus conducteurs ; le xylème conduit verticalement la sève brute du sol vers les feuilles.

    Le phloèmephloème conduit la sève élaborée par les feuilles vers toutes les régions de la plante. Ces tissus, différenciés chez les jeunes plantes sont dits primaires.

    Chez les plantes ligneuses, entre le xylème primaire et le phloème primaire, se met en place une zone de cellule peu différenciées à divisions actives. Cette zone génératrice appelée cambiumcambium libéro-ligneux produit des cellules qui se différencient en xylème secondaire (le boisbois, d'où le qualificatif ligneux) et en phloème secondaire (ou liber).

    Figure 2. Fonctionnement du cambium libéro-ligneux. Les cellules du cambium (en jaune) se divisent et produisent vers l'intérieur des cellules qui se différencient en cellule de xylème secondaire (ou bois) et vers l'extérieur des cellules qui se différencient en cellules de phloème secondaire (ou liber). Le xylème primaire étant du côté du centre de la tige, sa position est fixe. Par suite de son activité, le cambium se déplace donc vers l'extérieur <br />&copy; Photo R. Prat

    Figure 2. Fonctionnement du cambium libéro-ligneux. Les cellules du cambium (en jaune) se divisent et produisent vers l'intérieur des cellules qui se différencient en cellule de xylème secondaire (ou bois) et vers l'extérieur des cellules qui se différencient en cellules de phloème secondaire (ou liber). Le xylème primaire étant du côté du centre de la tige, sa position est fixe. Par suite de son activité, le cambium se déplace donc vers l'extérieur
    © Photo R. Prat

     Figure 3. Vue générale du fonctionnement du cambium dans une tige d'un an. Un cylindre continu de bois (en vert) est formé par le cambium (en jaune) qui au fur et à mesure de son fonctionnement se déplace vers l'extérieur. Le liber (en rouge) est repoussé vers l'extérieur au fur et à mesure de sa formation. Il en est de même du phloème primaire qui est écrasé à la périphérie. L'épiderme sous tension éclate. La protection vis à vis du milieu extérieur sera alors réalisée par un nouveau tissu secondaire, le liège (en bleu)<br />&copy; Photo R. Prat

    Figure 3. Vue générale du fonctionnement du cambium dans une tige d'un an. Un cylindre continu de bois (en vert) est formé par le cambium (en jaune) qui au fur et à mesure de son fonctionnement se déplace vers l'extérieur. Le liber (en rouge) est repoussé vers l'extérieur au fur et à mesure de sa formation. Il en est de même du phloème primaire qui est écrasé à la périphérie. L'épiderme sous tension éclate. La protection vis à vis du milieu extérieur sera alors réalisée par un nouveau tissu secondaire, le liège (en bleu)
    © Photo R. Prat

    Figure 4. La zone rouge correspond au phloème secondaire ou liber ; la zone verte correspond au xylème secondaire ou bois ; le cambium se situe à la base de la zone rouge où l'on observe des cellules très plates venant de se diviser.<br />&copy; Photo R. Prat

    Figure 4. La zone rouge correspond au phloème secondaire ou liber ; la zone verte correspond au xylème secondaire ou bois ; le cambium se situe à la base de la zone rouge où l'on observe des cellules très plates venant de se diviser.
    © Photo R. Prat

    Les cellules du bois se différencient en édifiant une paroi secondaire composée en partie de ligninelignine. Cette paroi permet des transferts intercellulaires par des amincissements (ponctuations) ou par de véritables perforations.

    Figure 5. Différenciation d'un élément du bois<br /><em>A, jeune file de cellules</em> ligneuses non différenciées. Les cellules sont vivantes et leur paroi primaire est composée de pectines et de cellulose (en rouge). <br /><em>B, file de trachéides différenciées </em>: les cellules ont secrété une nouvelle substance, la lignine (en vert). Cette paroi secondaire épaisse n'est pas complète et laisse par endroits des plages fines composées seulement de la paroi primaire. Ces ponctuations permettent le passage de la sève par diffusion.<br /><em>C, un vaisseau.</em> Les parois terminales des éléments sont perforées, ce qui améliore considérablement la circulation. <br />&copy; Photo R. Prat

    Figure 5. Différenciation d'un élément du bois
    A, jeune file de cellules ligneuses non différenciées. Les cellules sont vivantes et leur paroi primaire est composée de pectines et de cellulose (en rouge).
    B, file de trachéides différenciées : les cellules ont secrété une nouvelle substance, la lignine (en vert). Cette paroi secondaire épaisse n'est pas complète et laisse par endroits des plages fines composées seulement de la paroi primaire. Ces ponctuations permettent le passage de la sève par diffusion.
    C, un vaisseau. Les parois terminales des éléments sont perforées, ce qui améliore considérablement la circulation.
    © Photo R. Prat

    Le bois des GymnospermesGymnospermes est dit homoxylé car il ne contient que des trachéides qui assurent à la fois le soutien et la conduction de la sève.

    Le bois des AngiospermesAngiospermes, au contraire, contient deux types d'éléments verticaux : des fibres de type trachéide qui assurent le soutien et des vaisseaux qui assurent la conduction.