Planète

Unau

DéfinitionClassé sous :animaux , rosée , déforestation
 
L'unau a la réputation d'être le mammifère le plus lent au monde. © Dave Pape, Wikipédia, DP

Unau (Linnaeus 1758) – Choloepus didactylus

  • Ordre : Pilosa
  • Famille : Megalonychidae
  • Genre : Choloepus
  • Taille : 0,60 à 0,85 m
  • Poids : 4 à 8 kg
  • Longévité : 20 ans

Statut de conservation UICN : LC, Préoccupation mineure

Description de l’unau

Également appelé paresseux à deux doigts, l'unau possède un pelage constitué de longs poils brunâtres qui, à l'inverse des autres mammifères, poussent du ventre vers le dos. Cette particularité est due au fait que l'animal se déplace à l'envers, le dos vers le bas. Le cou presque inexistant se prolonge par une tête courte et plate, au nez retroussé et aux grands yeux. Les oreilles sont petites et rudimentaires. Les pattes antérieures sont terminées par deux griffes incurvées mesurant entre sept et huit centimètres, tandis que les pattes postérieures sont équipées de trois griffes. Ces dernières servent de grappins lors des déplacements. La queue est quasi inexistante.

Habitat de l’unau

L'unau se trouve uniquement en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Il fréquente la canopée des forêts tropicales du Brésil au nord du fleuve Amazone, de l'Équateur, de Colombie, de Guyane, du Pérou à l'est de la cordillère des Andes et du Venezuela. On peut l'observer depuis le niveau de la mer dans les bassins hydrographiques de l'Amazone et de l'Orénoque jusqu'à 2.400 m d'altitude.

Comportement de l’unau

L'unau est probablement le mammifère le plus lent au monde. La vitesse de ses déplacements oscille entre 0,5 et 1,5 km/h. Il passe 80 % de son temps à dormir et n'est actif que la nuit. L'animal vit quasi exclusivement dans les hautes frondaisons des arbres en se déplaçant la tête en bas. Il ne descend de la canopée que pour changer d'arbre lorsqu'il ne peut faire autrement ou pour déféquer, généralement une fois par semaine. Il se déplace, dort, met bas et se nourrit dans les arbres. S'il est extrêmement malhabile au sol où il est vulnérable face au jaguar ou à l'ocelot, c'est en revanche un excellent nageur.

Sa fourrure héberge des algues qui adoptent des coloris en fonction de la pluviométrie, contribuant à accentuer son camouflage dans les arbres pour échapper aux prédateurs que sont les aigles harpies. Sa position en boule le fait ressembler à une termitière ou à un nœud dans le bois. Il passe ainsi totalement inaperçu, sauf quand il bouge pour se gratter. Ce qu'il fait souvent, car son pelage constitue un excellent refuge pour de nombreuses espèces de mites, de petits coléoptères, d'acariens et autres parasites. C'est un animal solitaire qui ne recherche la compagnie que lors de la période de reproduction. Exceptionnellement, on peut observer de petits groupes de femelles évoluant sur le même arbre, ou un petit qui, plus tard, héritera du territoire de sa mère. Généralement silencieux, il peut émettre des petits cris ou des gémissements lorsqu'il est en détresse.

Reproduction de l’unau

L'accouplement de l'unau dure 48 heures durant lesquelles mâle et femelle restent enlacés. Cette dernière donne naissance à un seul petit au terme d'une gestation de six mois. Pesant entre 300 et 400 g lors de l'expulsion, le petit reste sur le ventre de sa mère durant six à neuf mois avant de devenir autonome. Les femelles atteignent leur maturité sexuelle au bout de trois ans, tandis que les mâles ne sont aptes à se reproduire que vers la quatrième ou la cinquième année.

Régime alimentaire de l’unau

L'unau se nourrit essentiellement de feuilles, de branchettes, de bourgeons, de baies et de fruits qu'il trouve dans les frondaisons. Il se contente de l'eau trouvée dans les creux d'arbre ou de la rosée. Son métabolisme est très lent, et sa digestion également. La nourriture peut rester un mois dans son tube digestif avant d'être digérée.

Menaces sur l’unau

Bien qu'il soit localement chassé pour sa chair, la plus grande menace pesant sur l'unau est la disparition de son habitat consécutive à la déforestation ou à l'inondation (construction de barrages géants). Il est essentiel de conserver l'espèce dans son milieu naturel, car il est presque impossible de le faire se reproduire en captivité. Il peut atteindre un âge plus vénérable en captivité qu'en liberté.

Cela vous intéressera aussi