Avec moins de 282.000 éclairséclairs nuage-sol enregistrés, 2019 est l'année la moins foudroyée depuis l'existence du réseau Météorage qui détecte les impacts de foudre en France depuis 1987. C'est moitié moins qu'en 2018 et 60 % de la moyenne annuelle de foudroiement depuis 2000 (453.000 éclairs nuage-sol). L'an dernier, on a ainsi comptabilisé 0,51 éclair par km² sur le sol français, contre 0,88 éclair par km² en moyenne depuis 1989.

Paradoxalement, Météorage a comptabilisé davantage de jours d'oragesorages par rapport à la moyenne (267 jours contre 263 jours). Sauf que ces orages n’ont pas été très actifs. « Le jour de 2019 avec le plus de foudroiement, le 26 juillet, environ 15.000 éclairs ont été enregistrés, alors qu'en moyenne pour les journées record annuelles, ce chiffre est de 34.000 », atteste Météorage.

Cause principale de cette baisse d'activité : la canicule de l’été dernier qui a engendré un airair très sec peu favorable à la formation de foudrefoudre. Seul le mois d'octobre, qui a connu plusieurs épisodes méditerranéens autour du golfe du LionLion, a été très actif avec 44.000 éclairs nuage-sol. La commune la plus foudroyée en 2019 a été Sermano, en Haute-Corse, avec une moyenne de 7,15 éclairs par km². En 2018, c'était La Favière, dans le Jura, qui avait pris la première place, avec 14,45 impacts au km².