Plus d’un milliard de coquillages et crustacés grillés sur les rochers au Canada !

Classé sous :Environnement , Été , conséquence de la canicule

Des moules, palourdes, étoiles de mer, escargots et autres bernacles morts tapissant les rochers à perte de vue : c'est le triste spectacle auquel assistent les promeneurs le long des plages de la mer des Salish en Colombie-britannique. Du moins ceux qui n'ont pas été rebutés par l'odeur putride émanant des animaux en décomposition. Au total, la vague de chaleur aurait tué plus d'un milliard animaux côtiers le long des 60.000 kilomètres de côtes, estime Chris Harley, biologiste marin à l'université de la Colombie-Britannique.

Ces derniers jours, le thermomètre a dépassé les 40 °C à Vancouver et sur les rochers, les températures peuvent atteindre les 50 °C, « grillant » littéralement les coquillages et étoiles de mer qui y sont accrochés. « Ces animaux peuvent supporter des températures élevées pendant de courtes périodes, mais lorsque la chaleur se combine avec la marée basse [en début d'été], ils se retrouvent bloqués sur les rochers en plein soleil en attendant le retour de l'eau », explique Chris Harley. Et si les populations retrouvent leur niveau habituel en un à deux ans, la multiplication de vagues de chaleur pourrait à terme menacer tous les animaux côtiers, et par ricochet d'autres espèces à qui ils servent de nourriture.

Des dizaines de milliers de moules ont été grillées par la chaleur. © Jackie Sones, Réserve marine de Bodega Bay, Californie
Pour en savoir plus

Une vague de chaleur cuit les moules dans leur coquille en Californie

Article de Céline Deluzarche publié le 04/07/2019

La canicule de juin n'a pas touché que l'Europe : à Bodega Bay, au nord de San Francisco (Californie), il a fait jusqu'à 30 °C ces derniers jours. Mais la chaleur a été encore plus pénible pour les moules accrochées aux rochers : celles-ci ont connu des températures supérieures à 37 °C, grillant littéralement dans leur coquille. Des dizaines de milliers de moules mortes, coquille ouverte et chair brûlée ont été retrouvées sur des centaines de mètres le long de la côte. « C'est la pire hécatombe de moules que j'ai jamais vue depuis 15 ans », s'alarme Jackie Sones, coordonnatrice de la recherche de la réserve marine de Bodega Bay. La scientifique, qui a posté des photos du désastre sur son blog, affirme avoir reçu des signalements de plusieurs cas similaires sur d'autres plages jusqu'à plus de 225 km de distance.

Les recherches sur l'impact du réchauffement sur la vie marine se sont jusqu'ici principalement concentrées sur la hausse de la température de l'eau et les effets de l'acidification. Le blanchissement du corail a ainsi quintuplé depuis 1980 et on estime que le nombre de poissons et de coquillages pourrait diminuer de 35 % d’ici 2100 dans certaines régions. Les moules risquent de leur côté de connaître de plus en plus d'épisodes de mortalité de masse, car les vagues de chaleur surviennent plus tôt, alors que les marées sont encore basses, ce qui les expose au dessèchement.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Vague de chaleur ou canicule: quelle différence ?  L’été, on entend parler de pics de chaleur, de vagues de chaleur et de canicule. La différence ne saute pas aux yeux, mais elle entre en compte pour les alertes météo ou les plans de vigilance en matière de santé.