WTFutura : des canards qui se précipitent dans les champs !

Classé sous :Agriculture , Riz , rizière

[EN VIDÉO] Des milliers de canards lâchés dans une rizière  C'est une technique ancestrale chinoise qui a été remise au goût du jour. Disparue avec les cultures intensives, elle refait son apparition dans les champs de riz pour remplacer les pesticides. 

WTF ? La scène est digne d'une ouverture des soldes ! Des canards par centaines qui courent tous vers un même objectif. Mais lequel ? Une rizière. Parce que figurez-vous que les canards sont particulièrement friands des restes d'écorces de riz de la récolte précédente, des mauvaises herbes, des escargots et des insectes qui accompagnent la pousse du riz. Alors, là où canard il y a, fini les pesticides. C'est une bonne nouvelle, non ? D'autant qu'au passage, on l'imagine bien, les canards piétinent le sol. Une manière efficace de remuer la terre et d'oxygéner l'eau dans laquelle elle baigne. Leurs déjections servent en plus d'engrais.

La méthode est ancestrale. Elle nous vient de Chine. Et elle a été remise au goût du jour par un riziculteur japonais, Takao Furuno. C'était dans les années 1980. Aujourd'hui, il lâche des canetons -- car pour faire du bon travail, il faut de petits canards -- dans ses rizières au mois de juin. En septembre, avec la récolte, il en récupère une partie pour la ponte de l'année suivante. Les autres partent pour la boucherie ou sont libérés dans la nature. Les rendements du riz biologique ainsi cultivé seraient équivalents à ceux d'un riz conventionnel.

La méthode refait aujourd'hui de plus en plus d'adeptes. Y compris en France. Et c'est bien. Parce que rappelons tout de même que la culture du riz est l'une des plus polluantes. Ses eaux stagnantes émettent notamment beaucoup de méthane (CH4), un puissant gaz à effet de serre (GES). Chaque année, plus que le transport aérien ! Elles émettent aussi une quantité importante de protoxyde d'azote (N2O), un autre GES au pouvoir réchauffant bien plus élevé que celui du célèbre CO2. Mais le riz, contrairement au transport aérien, nourrit son homme. Alors ce qu'il faut, c'est trouver des solutions pour cultiver le riz de manière plus vertueuse. Et se passer d'engrais et de pesticides, c'est sans doute un bon début.

Seuls, de petits canards peuvent servir d’auxiliaires dans les rizières. Plus grands, ils risqueraient d’abimer les cultures. © Africa Studio, Adobe Stock