Planète

Des poissons priapum mâles en pincent littéralement pour les femelles

ActualitéClassé sous :zoologie , poisson priapum , poisson

Une 22e espèce de poisson priapum vient d'être décrite. Mais qu'ont-ils de particulier ? Les spécimens masculins possèdent leurs glandes sexuelles au niveau de la tête, juste sous la bouche ! Ils sont de plus pourvus de deux structures leur servant à emprisonner la femelle durant le transfert des gamètes. Le romantisme ne semble pas être de mise durant l'accouplement...

Le poisson du dessus est un Phallostethus cuulong mâle présentant une taille standard (SL) de 22,5 mm. Ses attributs sexuels sont visibles sous la tête. Une femelle de 23,7 mm SL est présentée en dessous. Son pore génital se situe juste en arrière de la tête, au tout début de l'abdomen. © Shibukawa et al. 2012, Zootaxa

La nature est bien faite mais elle présente parfois quelques bizarreries. À l'exemple d'une nouvelle espèce animale découverte dans les eaux vietnamiennes, dans l'un des canaux connectés au fleuve du Mékong. Il s'agit d'un simple petit poisson d'eau douce d'environ 2 cm de long qui vit à proximité de la surface, au sein de débris végétaux dérivant au gré des courants. Selon Koichi Shibukawa de la Nagao Natural Environment Foundation (NEF) à Tokyo, qui vient de le décrire dans la revue Zootaxa, ce poisson appartiendrait à une famille caractérisée par un comportement reproducteur pour le moins particulier.

Les phallostethidés sont en effet capables de procréer sans même aligner leurs corps côte à côte. Des femelles ont déjà été capturées avec leur voie génitale, les oviductes, pleine de laitance alors que seule la tête des mâles était entrée en contact avec elles, tandis que leurs corps étaient positionnés selon un angle de 45°. Comment l'expliquer ? C'est simple, les phallostethidés mâles possèdent leurs gonades (les glandes sexuelles) au niveau de la tête, sous la bouche !

Ce Phallostethus cuulong mâle a subi deux colorations en vue de rendre les structures osseuses rouges et les éléments cartilagineux bleus. L'os dentelé en bas de l'image, le cténactinium, serait utilisé pour immobiliser la femelle pendant l'accouplement. Il serait aidé par des mouvements du toxactinium, l'os long situé sous la mâchoire inférieure, en haut et à gauche de la photographie. © Shibukawa et al. 2012, Zootaxa

Phallostethus cuulong : une pince pour attraper sa partenaire sexuelle

Phallostethus cuulong, l'espèce découverte par Koichi Shibukawa,  présente également les mêmes adaptations morphologiques que les 21 autres espèces de poissons dits priapum. L'organe reproducteur mâle, le fameux priapum (Priape étant le dieu grec de la fertilité), se compose évidemment des testicules mais aussi de deux appendices issus de la transformation, au cours de l'évolution, des nageoires pelviennes et pectorales : le ctenactinium et le toxactinium. Le premier, une structure mobile se repliant sous l'arrière du crâne, n'est pas très rassurant en apparence puisqu'il est partiellement dentelé. Le second correspond, quant à lui, à une simple tige pointant vers l'avant et reposant sous toute la longueur de la mâchoire inférieure.

Aucun acte reproducteur de Phallostethus cuulong n'a été observé. Cependant, nous savons, grâce aux autres espèces du même groupe, comment fonctionne cette machinerie. Les deux structures anatomiques servent à enserrer la tête de la femelle, dont la papille génitale est elle aussi positionnée fort en avant sur le corps, tandis que le transfert de sperme se fait via un pore situé sur l'un des os connectés au ctenactinium. Pour faciliter les opérations, les appendices mâles ne sont pas centrés et alignés dans l'axe du corps. Ils sont orientés vers la droite chez Phallostethus cuulong. Les individus masculins doivent donc toujours se placer du même côté que leur partenaire durant la reproduction.

Personne n'est en mesure, à l'heure actuelle, d'expliquer cette adaptation morphologique, notamment pour justifier les avantages qu'elle apporte. Dernier petit détail, le priapum ne sert pas qu'à la reproduction puisqu'il abrite également l'anus un peu en arrière du pore génital, toujours sous la tête. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi