On croyait ces crevettes des eaux froides antarctiques limitées aux 150 premiers mètres. Mais un robot sous-marin les a observées s'activant sur le fond, à 3.000 mètres sous la surface. Une découverte étonnante qui pose de nouvelles questions sur l'écologie des grands fonds.
Cela vous intéressera aussi

Voilà encore un animal dont on avait sous-estimé les capacités. Considérée comme de la nourriture pour les baleines, les calmarscalmars, les phoques et les manchots, Euphausia superba (malgré son nom scientifique démontrant que ses découvreurs l'ont trouvée magnifique) n'a été baptisée que d'un vocable collectif : le krillkrill. Ce mot norvégien, justement, signifie nourriture à baleines. Pire, il désigne sans distinction une quarantaine d'espècesespèces. Tout juste précise-t-on krill antarctique pour désigner E. superba. Pour couronner le tout, souvent qualifiés de crevettes, les euphausiacés, pour un zoologistezoologiste, n'en sont pas... Dépourvu d'individualité aux yeuxyeux des hommes (et des baleines à fanonsbaleines à fanons, sans doute), ce crustacécrustacé est vu comme une sorte de particule planctonique qui ne prend corps que lorsque des millions d'entre elles forment d'immenses massesmasses nageuses.

Quelle injustice ! C'est à un robot sous-marinsous-marin britannique (un Rov, Remote Operated Vehicle), dénommé Isis, que l'on doit la réparation du préjudice moral fait à cet arthropodearthropode. Piloté par une équipe du British Antarctic Survey (BAS) et du National Oceanography Centre (NOCS), il a plongé jusqu'à 3.500 mètres sous la surface, à peu de distance de la PéninsulePéninsule Antarctique. Jusqu'à 3.000 mètres, et à la surprise générale, la caméra d'Isis a filmé des Euphausia superba. Pas mortes, et même en pleine forme, elles grattaient énergiquement le sédimentsédiment, sans doute à la recherche de nourriture. En cette fin d'été austral, le fond était riche en restes de phytoplanctonphytoplancton provenant de la surface après la prolifération estivale. L'observation a fait l'objet d'une publication dans la revue Current Biology.

Vu de près, le krill devient un superbe petit crustacé nageur. Ici, une <em>Euphausia superba</em> femelle.<br />© <em>British Antarctic Survey</em>

Vu de près, le krill devient un superbe petit crustacé nageur. Ici, une Euphausia superba femelle.
© British Antarctic Survey

Le monde est plus complexe qu'on ne le pense...

Or, depuis des décennies et même depuis un siècle, on pense le krill confiné aux 150 premiers mètres de l'océan, se nourrissant de planctonplancton. Il est vrai que les études sur ces animaux sont principalement réalisées à l'aide de sonarssonars et de filets à plancton, ne fournissant des données qu'à l'échelle des populations.

Les moyens robotisés changent tout. « [Ils] nous donnent la possibilité d'observer la diversité animale sur le fond océanique, entre 500 et 3.500 mètres, s'enthousiasme Paul A. Tyler, du NOCS, spécialiste d'Isis. Nous pouvons maintenant non seulement déterminer les espèces mais aussi comprendre les relations qu'elles entretiennent entre elles et avec leur environnement. »

Surprenante, la présence d'E. Superba à plus de trois mille mètres, loin en dessous des baleines, n'est pas encore comprise sur le plan écologique et ne concerne manifestement qu'un petit nombre d'individus. Andrew Clarke, du British Antarctic Survey, se fait admiratif quand il regarde ces euphausiacés plongeurs : « le comportement des organismes marins - même ceux que l'on considère comme "primitifs" - peut être complexe et plus varié que ce que l'on pense habituellement. Il nous reste encore beaucoup à apprendre sur les profondeurs marines et beaucoup à explorer pour comprendre le monde dans lequel nous vivons ».