Planète

Festival Pariscience : découvrez le film Primates des Caraïbes

ActualitéClassé sous :zoologie , festival Pariscience , macaque rhésus

-

Aujourd'hui débute le festival international du film scientifique Pariscience. Le jury de l'association Science & télévision devra choisir ses gagnants parmi les 54 films en lice. Futura-Sciences a fait sa sélection et vous propose d'en découvrir trois, dont un hors concours, présentés par leurs réalisateurs. Jean-Christophe Ribot nous emporte dans son fascinant Primate des Caraïbes. Ou quand un millier de macaques ont créé leur société sur une île déserte, depuis 1938, sous l'œil des scientifiques. À voir, ce soir, sur Arte.

Primates des Caraïbes, des macaques sous surveillance  Captifs sur leur île déserte, les macaques rhésus ont depuis 1938 créé une vaste société où tout n’est pas rose. Pour les éthologues, c’est un laboratoire permanent pour étudier les interactions sociales. © Jean-Christophe Ribot, Mosaïque Films, Deep Bay Film, Arte France, ZED 

À quelques encablures de Porto Rico, des singes vivent sur une petite île, Cayo Santiago, à l'abri des prédateurs, car ils sont les seuls grands animaux sur leur territoire, et sans devoir chercher leur nourriture, puisque des humains la leur apportent obligeamment depuis 75 ans. Une vie de rêve, en quelque sorte. Quoique...

« Alors que cette île pourrait être leur paradis, ils en ont fait leur propre enfer », explique l'un des scientifiques dans le film Primates des Caraïbes, en lice au festival Pariscience, à la fois sobre, solide et d'une force étonnante. Car il s'agit bien d'une expérience scientifique, racontée par Jean-Christophe Ribot, réalisateur et documentariste passionné de science et, explique-t-il lui-même, « intéressé par les questions de sociétés et de relations entre les individus ».

Une société sous l'œil des scientifiques

L'histoire commence en 1938, avec le débarquement de 400 macaques rhésus (Macaca mulatta) achetés en Inde par le primatologue Clarence Ray Carpenter. Le but était d'étudier comment se construira cette nouvelle société, en suivant chacun de ses individus. L'expérience, imitée depuis en d'autres endroits du monde, se poursuit toujours. Des chercheurs, généticiens, primatologues et sociologues, s'installent régulièrement sur l'île pour observer leur vie, leurs relations, leurs amours, leurs amitiés et leurs guerres. Rappelons que les macaques sont des primates sociaux, qui interagissent fortement entre eux et forment des alliances dans des sociétés très hiérarchisées.

Pour Claude-Anne Gauthier, primatologue au Muséum national d'histoire naturelle et qui sera présente pour accueillir ce film au festival Pariscience, « ces expériences en semi-liberté sont précieuses. On peut suivre les individus sur de longues périodes, et même, avec une certaine probabilité, connaître ses géniteurs. On peut y observer des comportements imperceptibles en milieu naturel, parfois un regard ou un clignement d'œil. Et puis, l'argent et le temps manquent souvent, aujourd'hui, pour de longues expéditions en forêt. »

Filmées il y a quelques années sur l'île Cayo Santiago par Dario Maestripieri (qui fait partie des scientifiques intervant dans le film de Jean-Christophe Ribot), des femelles rhésus sont ici observées en compagnie de petits. Elles adorent les regarder et attirent leur attention par des cris spéciaux. © Dario Maestripieri, University of Chicago

Chester le chef et Tony la terreur

En deux ans, à raison de séjours de deux semaines sur cette île, Jean-Christophe Ribot a suivi les chercheurs pour filmer les singes et leur petit monde. Les drames et les moments de bonheur que l'on y voit ressemblent tant à nos expériences humaines que la tentation de faire le parallèle avec notre société vient immédiatement. « Le risque d'anthropomorphisme est d'autant plus grand que le cinéma cherche à ce que le spectateur s'identifie au personnage, analyse Jean-Christophe Ribot. C'est pourquoi j'ai installé une certaine distance et d'abord montré ce que font les scientifiques. »

On voit ainsi des éthologues comptabiliser les interactions et les visualiser sur de grands graphes générés par ordinateur. Deux macaques en émergent : 85-B, alias Chester, le dominant du plus grand groupe, champion des relations sociales, et 07-D, dit Tony, réputé pour sa violence et ses bagarres incessantes, isolé socialement mais qui tente de séduire la femelle du chef. Et l'on découvre une société clanique, avec sept groupes, aux habitudes différentes. Dans le plus grand, on est souvent agressif. Dans celui numéroté « S » et qualifié de « hippie » par les chercheurs, on est plus cool.

La bande annonce du film Primates des caraïbes, réservée aux anglophones. © Jean-Christophe Ribot, Mosaïque Films, Deep Bay Film, Arte France

Un film loin de la dérive de l’anthropomorphisme

Ce sont les scientifiques eux-mêmes qui emploient ces termes. « Pour qualifier les comportements, nous utilisons les mots de tous les jours, commente Claude-Anne Gauthier. Le terme "réconciliation", par exemple, est employé dans son sens commun et il recouvre une réalité, très importante chez les primates. »

Si le film de Jean-Christophe Ribot n'est pas une séquence de téléréalité simiesque mais bien un documentaire sur des expériences scientifiques, il n'en suscite pas moins des réflexions sur nous-mêmes. « Je cherche à ce que le spectateur se pose cette question : "Je projette des choses sur ces situations, pourquoi ?" C'est là, selon moi, que se distinguent les Hommes, quand ils analysent leurs propres comportements et leurs propres pensées. » On ne sort pas indemne de ce film, qui sera présenté au festival Pariscience, et ce soir sur Arte (à 22 h 50), en version 52 mn. Ses images reviendront sans doute souvent devant les yeux de ses spectateurs...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Le macaque rhésus, primate de près de 70 cm, vit en groupes parfois très grands, dans une large partie de l'Asie. L'organisation sociale est complexe et de type matrilinéaire : le rang d'un individu dépend fortement de celui de sa mère. © J. M.Garg, cc by sa 3.0