Planète

Bonobo et chimpanzé sur un même pied d’égalité face à l’Homme

ActualitéClassé sous :zoologie , génome , ADN

L'Homme n'a plus un, mais bien deux cousins particulièrement proches sur base de critères génétiques : le chimpanzé commun et le bonobo. Ces deux espèces sœurs possèdent en effet 98,7 % de leur ADN en commun avec le nôtre. C'est ce que révèle le premier séquençage complet du génome de Pan paniscus.

Les bonobos Pan paniscus, aussi appelés chimpanzés nains, ont une allure moins trapue que les chimpanzés et possèdent des lèvres rouges. Cette espèce est inscrite sur la liste rouge de l'UICN comme étant en danger. Le génome séquencé appartient à cette femelle nommée Ulindi. © Michael Seres

Le terme « chimpanzé » regroupe deux espèces : le chimpanzé commun Pan troglodytes et le bonobo Pan paniscus. Ce dernier vit en République démocratique du Congo, au sud du fleuve Congo, au sein d'un habitat relativement petit et reculé. P. troglodytes occupe quant à lui le reste de l'Afrique équatoriale. Bien que proches en apparence, ces deux espèces présentent de nombreuses différences, notamment dans leurs comportements sociaux. Les groupes de Pan troglodytes sont par exemple dirigés par des mâles s'étant imposés par la force. À l'inverse, chez les Pan paniscus, ce sont les femelles qui prennent le dessus. 

Le génome des chimpanzés communs a été totalement séquencé et publié en 2005, révélant que cet animal serait bien notre plus proche cousin. Nos ADN ont un taux de ressemblance d'environ 99 %. Cependant, une nouvelle étude dirigée par des scientifiques du Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology (MPI-EVA) à Leipzig (en Allemagne) modifie légèrement la donne. Les bonobos et les chimpanzés communs seraient en effet à égalité lorsqu'il s'agit de trouver celui qui nous est le plus proche. Ce résultat est publié dans la revue Nature.

Carte de répartition des chimpanzés communs Pan troglodytes (différentes couleurs en fonctions des sous-espèces) et des bonobos Pan paniscus (en rouge) en Afrique. © Cody.pope, Wikimedia common, DP

Hommes et grands singes : tant de choses en commun

Le séquençage de l'ADN des bonobos a été réalisé à partir d'échantillons prélevés sur Ulindi, une femelle vivant au zoo de Liepzig. Les deux espèces de chimpanzé posséderaient près de 99,6 % de leurs séquences de nucléotides en commun. Ce résultat justifie ainsi leur grande ressemblance, même si leurs lignées respectives se sont séparées voici 1 million d'années. La formation du fleuve Congo a probablement divisé la population de leurs ancêtres (estimée à 27.000 individus selon l'étude) en deux. Cette barrière naturelle jouerait toujours son rôle à l'heure actuelle puisque aucune hybridation entre les deux espèces n'a été observée à ce jour.

Malgré nos 98,7 % d'ADN en commun avec nos cousins du genre Pan, près de 3,2 % de notre patrimoine génétique ne se rencontre que chez Pan paniscus (1,6 %) ou Pan troglodytes (1,6 %), mais pas chez les deux en même temps. Ce résultat justifierait des comportements ou propriétés biologiques que nous partageons exclusivement avec l'une ou l'autre espèce. Les bonobos et l'Homme possèdent par exemple une protéine odorante dans leur urine que le chimpanzé commun n'a pas.

Les fonctions des gènes qui diffèrent ne sont pas connues à l'heure actuelle, mais elles vont faire l'objet d'études approfondies. Plusieurs indices laissent penser qu'ils pourraient être impliqués dans des réponses immunitaires (les chimpanzés ont un gène pouvant lutter contre des rétrovirus tels que le VIH), la suppression de tumeur ou l'expression de différents comportements sociaux, à l'image de la dominance des groupes.

Les divergences observées entre les trois génomes vont également permettre aux chercheurs de mieux comprendre notre histoire évolutive. Cette étude date par exemple la séparation de la lignée humaine à 4,5 millions d'années, soit plus tard que de nombreuses autres estimations. Par ailleurs, la population de nos ancêtres communs africains aurait été estimée à environ 45.000 individus.