Planète

Le nuage de cendres du volcan islandais : pas de panique !

ActualitéClassé sous :Volcanologie , Astronautique , jokulhaup

-

En devenant sous-glaciaires depuis quelques jours, les éruptions du volcan islandais Eyjafjöll ont généré un nuage de cendres perturbant fortement le trafic aérien de l'Europe du Nord. Médiatique, l'activité volcanique sous le glacier Eyjafjallajokull est cependant pour le moment sans danger pour les Européens.

L'éruption de l'Eyjafjöll observée par le satellite Envisat. Le panache gris s'étale (horizontalement sur la photo) au-dessus de la couverture nuageuse. L'Islande est haut à gauche. L'image complète se trouve sur le site du Cnes. © Cnes

Le 20 mars 2010, le volcan Eyjafjöll entrait à nouveau en éruption en Islande. Il ne l'avait pas fait depuis presque 180 ans et son activité à l'air libre permettait aux touristes de se rendre sur place pour filmer de près les impressionnantes fontaines et coulées de lave fluides et chaudes. De nombreuses vidéos de l'éruption sont d'ailleurs disponibles sur YouTube. Après s'être stoppée, l'activité volcanique s'est légèrement déplacée mais pour reprendre cette fois sous le glacier Eyjafjallajokull. Ce faisant, elle devenait bien plus préoccupante pour les autorités islandaises.

En effet, au contact de la lave, la glace se met à fondre et la vapeur dégagée provoque ce que l'on appelle des éruptions phréatomagmatiques explosives. Surtout, l'eau peut s'accumuler dans une poche et brutalement se libérer en formant des flots dévastateurs, cousins des lahars indonésiens.

Capable d'emporter sur son passage maisons et voitures, un tel flot s'est en effet produit comme le montre une vidéo de jokulhaup, le terme islandais pour désigner ce phénomène de débâcle glaciaire avec une crue brutale.

Le nuage de cendres (ash cloud) craché par l'éruption de l'Eyjafjöll en Islande est bien visible sur cette image de l'Organisation européenne pour l'exploitation des satellites météorologiques (Eumetsat).

Depuis quelques heures, la vedette est toutefois le nuage de cendres qui a conduit la fermeture de nombreux aéroports en Europe du nord, dont 25 en France. Roissy-CDG et Orly sont fermés jusqu'à 20 heures au moins ce vendredi. La Belgique, le Danemark, l'Irlande, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et même la Pologne ont dû prendre le même genre de décisions. Des milliers de vols dans l'espace européen ont déjà été annulés hier et plus de 10.000 devraient l'être aujourd'hui.

Les cendres volcaniques peuvent devenir particulièrement néfastes pour les avions car elles contiennent de la silice qui fond dans les réacteurs et peuvent donc les endommager. Les compagnies aériennes le savent bien. En 30 ans, près de 90 avions ont subi des pannes causées par des nuages de cendres. Parmi les cas les plus célèbres, on peut citer les éruptions du Galunggung en Indonésie en 1982 et ceux du Pinatubo aux Philippines en 1991.


Images du panache de cendres et de vapeur s'élevant du glacier Eyjafjallajokull le 14 avril 2010. Crédit Icelandic National TV stations RÚV-Stöð 2. Musique de Jonn Serrie, The Legacy, Spirit Keepers

A part les avions, cette éruption présente-t-elle un risque pour les populations européennes ? Pour Fabrice Fillias, membre du service scientifique de Vulcania qui suit l'activité du volcan Eyjafjöll, interrogé par Futura-Sciences, il n'y a pour le moment aucune raison de s'inquiéter : « Des éruptions de ce genre, il y a en une environ tous les dix ans en Islande et ce n'est que parce que le trafic aérien est particulièrement important de nos jours que cela a autant de répercussions ».

Pour le géologue, les cendres du nuage sont pour le moment confinées à plusieurs kilomètres d'altitude et elles sont très dispersées, il n'y a donc de risques significatifs pour la santé que pour les populations aux abords du volcan, ce que confirme d'ailleurs le Ministère de la Santé et des Sports. Il ajoute aussi que tant que le panache de cendres ne monte pas à une altitude plus haute, et si l'éruption ne se prolonge pas pendant des mois, des jet-streams ne devraient pas pouvoir répartir des aérosols sur toute la planète et provoquer un refroidissement du climat.

Le trafic aérien en Europe devraient être perturbé encore quelques jours mais peut-être beaucoup plus si l'on en croit le volcanologue Jacques-Marie Bardintzeff. En effet, il rappelle que la dernière période d'activité volcanique de l'Eyjafjöll avait duré deux ans... On pourrait donc s'attendre, bien que de façon épisodique, à plusieurs interruptions temporaire des vols dans l'avenir. Mais nous n'en sommes pas encore là...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi