Planète

750 millions de litres de diesel : dans l'atmosphère ou dans le réservoir ?

ActualitéClassé sous :Terre , déchets , eaux usées

L'office fédéral de Recherche agricole (FAL - Bundesforschungsanstalt für Landwirtschaft) de Brunswick a développé un procédé permettant de mettre en valeur les déchets et eaux usées issus de la production d'huile de palme.

750 millions de litres de diesel : dans l'atmosphère ou dans le réservoir ?

En effet, le rassemblement de ces eaux usées crée par un processus de putréfaction du méthane, gaz hautement énergétique et à effet de serre, qui reste inutilisé et s'échappe dans l'atmosphère, contribuant ainsi aux changements climatiques. Ces émissions représentent annuellement, dans les principaux pays producteurs que sont la Malaisie et l'Indonésie, plus de 750 millions de mètres cubes, ce qui correspond à 750 millions de litres de diesel. L'utilisation des ressources contenues dans les eaux usées et les déchets, afin de limiter la pollution, était l'objectif d'un projet de recherche encourage par le Ministère fédéral de la Formation et la Recherche allemand (BMBF).

Des scientifiques du FAL ont réussi à développer avec l'institut indonésien de recherche sur les huiles de palme (IOPRI) de Medan (Sumatra), le bureau d'ingénieurs UTEC de Brême et le centre de contrôle technique de Rhénanie (TUV), un nouveau procédé de production d'énergie et d'engrais : le méthane est extrait des eaux usées et traité dans une installation au biogaz de grande puissance. Il peut ensuite être utilisé pour la production de l'énergie nécessaire au traitement des eaux usées, en remplacement du diesel très coûteux, ou encore pour la production d'électricité au bénéfice de la population vivant à proximité des centres de traitement des eaux usées.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi