Le méthane — tel que celui émis par les rots et les pets de vaches — est réputé être un puissant gaz à effet de serre. Des scientifiques en apportent la preuve par des mesures atmosphériques. © Tim Wright, Unsplash

Planète

Méthane et effet de serre : les premières preuves directes

ActualitéClassé sous :gaz à effet de serre , méthane , méthane atmosphérique

On entend souvent dire que le méthane est un gaz à effet de serre 25 fois plus puissant que le CO2. Pourtant, aucune mesure directe du phénomène n'avait encore pu être réalisée. Aujourd'hui, grâce à des chercheurs américains, c'est enfin chose faite.

« Pendant longtemps, des mesures en laboratoire, des théories et des modèles nous ont conduits à soupçonner le méthane d'être à l'origine d'un effet de serre important », explique Dan Feldman, chercheur au Lawrence Berkeley National Laboratory (États-Unis). « Aujourd'hui, nous en apportons une preuve expérimentale. »

Rappelons que certains gaz absorbent une part plus ou moins importante de l'énergie émise par la Terre, retenant ainsi la chaleur dans l'atmosphère. On parle alors de gaz à effet de serre. Lorsque leur concentration atmosphérique augmente, on s'attend donc à ce que l'effet de serre augmente aussi. Or, dans le cas du méthane, le phénomène n'avait encore jamais été observé hors laboratoire.

Ce graphique montre l’effet de serre dû au méthane mesuré pendant 10 ans sur un site au nord de l’Oklahoma (États-Unis). Il est à rapprocher du fait connu que les concentrations en méthane dans l’atmosphère ont été stables au début des années 2000 puis ont augmenté. © Berkeley Lab

Mieux comprendre le lien entre gaz à effet de serre et réchauffement climatique

Grâce à des mesures particulièrement précises et à une expertise de plusieurs dizaines d'années, les chercheurs du Berkeley Lab sont enfin parvenus à mesurer directement comment l'augmentation des concentrations de méthane dans notre atmosphère conduit à un effet de serre croissant.

Pour cela, ils se sont intéressés aux longueurs d’onde particulières sur lesquelles le méthane est réputé exercer son effet. Pour éviter les erreurs, ils se sont aussi appuyés sur des mesures parallèles portant sur de possibles facteurs confondants tels que la vapeur d’eau. Leurs résultats devraient permettre de comprendre un peu mieux la relation qui lie concentration atmosphérique des différents gaz à effet de serre et réchauffement climatique.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Comment fonctionne l'effet de serre ?  On parle beaucoup de gaz à effet de serre et de réchauffement climatique ces dernières années mais savez-vous exactement comment se passe le phénomène ? Unisciel et l’université de Lille nous en disent plus dans cet épisode de Kézako.