Planète

Les poissons-lapins menacent les forêts d’algues de Méditerranée

ActualitéClassé sous :poisson , Mer Méditerranée , poisson-lapin

Deux espèces de ces poissons tropicaux se répandent dans les eaux chaudes du bassin méditerranéen. Leur présence a pour effet de diminuer la population des algues car ils en dévorent aussi bien les jeunes pousses que les vieux plants.

Les poissons-lapins qui ont dévasté les forêts d’algues de l’est de la mer Méditerranée pourraient devenir une menace pour tout le bassin méditerranéen s'ils continuent à gagner du terrain. © Zafer Kizilkaya

Les poissons-lapins sont des espèces tropicales arrivées dans la mer Méditerranée par le canal de Suez. Deux espèces ont d'abord été observées dans l'est de la Méditerranée en 1927 et 1956. Mais récemment elles ont été trouvées bien plus à l'ouest, en Croatie et dans le sud de la France. Les scientifiques s'interrogent sur l'impact de ces poissons sur l'écosystème, notamment sur les algues : dans la mer Méditerranée, les forêts d’algues fournissent une nourriture et un abri à de nombreuses espèces ; or ces poissons consomment des algues.

C'est pourquoi une étude internationale de chercheurs d'Australie, d'Espagne, des États-Unis, de Grèce et de Turquie a étudié plus de 1.000 km de côtes turques et grecques ; dans ces régions, deux espèces de poissons-lapins sont devenues dominantes. Les chercheurs ont analysé la vitesse à laquelle le poisson-lapin et les autres espèces mangeaient les algues. Leurs résultats paraissent dans la revue Journal of Ecology.

Adriana Vergès, un des auteurs de l'étude, explique ainsi la répartition des poissons : « L'étude a identifié deux aires clairement distinctes - des régions plus chaudes avec des poissons-lapins en abondance et des régions plus froides où ils sont rares ou absents ». Le réchauffement des eaux semble donc favoriser les poissons-lapins.

Jeune poisson-lapin. © Zafer Kizilkaya

Les poissons-lapins mangent aussi les jeunes pousses

Dans les régions où les poissons-lapins étaient abondants, il y avait 65 % de réduction de la canopée d'algues (les grandes algues flottantes), mais aussi 60 % de réduction de la biomasse benthique (algues et invertébrés), et 40 % de réduction du nombre d'espèces.

En comparant les vitesses auxquelles les poissons mangeaient les algues, les chercheurs se sont aperçu de différences entre poissons tempérés et poissons tropicaux : les poissons tempérés mangeaient plus de grandes algues mais ils se nourrissaient exclusivement de macro-algues adultes. Le poisson tropical ne mangeait pas plus d'algues mais il consommait à la fois des algues jeunes et adultes. Résultat : les deux espèces de poissons-lapins pouvaient ensemble empêcher les algues de former une forêt.

Le poisson-lapin tropical peut ainsi réduire la biomasse et la biodiversité sur des centaines de kilomètres. Il a déjà dévasté les forêts d'algues dans l'est de la mer Méditerranée et devient une menace pour tout le bassin méditerranéen s'il continue à se répandre à mesure que le climat se réchauffe.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi