Vue d'artiste d'un mosasaure de l'espèce Xenodeus calminechari attaquant une proie. © Andrey Atuchin
Planète

Les mosasaures avaient des dents de requin

ActualitéClassé sous :paléontologie , Fossile , reptile

Dans les océans du Crétacé, il valait mieux être bien équipé pour se défendre. Des scientifiques de l'Université de Bath et du Muséum d'Histoire naturelle de Paris ont découvert une nouvelle espèce de mosasaures qui n'était pas très grande, mais qui possédait une mâchoire redoutable !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Ce petit dinosaure volait de branche en branche il y a 163 millions d’années  Ambopteryx longibrachium est un nouveau petit dinosaure dont le fossile a été découvert par un paysan aux abords de son village en Chine en 2017. Regardez comment cette créature se déplaçait dans la forêt où il chassait au cours du Jurassique supérieur. Ses ailes membraneuses lui permettaient de s’essayer au vol bien avant les oiseaux. 

Il y a environ 100 millions d'années, les océans du Crétacé, déjà peuplés de créatures redoutables, ont vu l'apparition d'une nouvelle super-famille de reptiles prête à en découdre : les mosasaures. Ils ont côtoyé les dinosaures, mais ne font pas partie de leur famille phylogénétique, et se sont éteints en même temps qu'eux, il y a 65 millions d'années. Dans l'imaginaire collectif, les mosasaures sont des lézards aquatiques géants, à la mâchoire démesurée qui attaquent violemment leur proie. En réalité, l'analyse des fossiles parvenus jusqu'à nous dépeint des créatures beaucoup plus diverses qu'on ne l'imagine.

Des scientifiques de l'Université de Bath, qui ont travaillé en collaboration avec ceux du Muséum d'Histoire naturelle de Paris, ont découvert une nouvelle espèce de mosasaures : Xenodeus calminechari. Cette dernière est un formidable exemple de la diversité des mosasaures, car elle possède des dents à la morphologie encore inédite chez les reptiles, mais qui rappelle celles des requins.

La mâchoire fossilisée de Xenodeus calminechari où l'on voit ses dents en forme de scie. Une forme plutôt observée chez les requins que chez les reptiles. © Nick Longrich

Un reptile à dents de poisson

Les fossiles de Xenodeus calminechari ont été exhumés au Maroc d'une couche sédimentaire datant du Maastrichtien, le dernier étage stratigraphique du Crétacé. Les dents encore présentes sur la mâchoire fossilisée ont tout de suite intrigué les scientifiques. En effet, leur forme de scie aiguisée et leur implantation en file indienne sont plutôt caractéristiques des requins que des reptiles. 

« Elles m'ont rappelé les dents des requins dormeurs du Pacifique que j'attrapais parfois lorsqu'on pêchait le flétan sur le bateau de mon frère », raconte Nicholas Longrich, premier auteur de l'étude et chercheur à l'Université de Bath. Selon lui, ses dents auraient permis à Xenodeus calminechari, qui n'était pas un géant mais plutôt de la taille d'un marsouin, de s'attaquer à une grande variété de proies plus petites que lui, mais aussi plus imposantes, en leur arrachant des petits morceaux de chair.

J'ai d'abord cru qu'il s'agissait d'une chimère composée de fossiles différents !

La découverte de Xenodeus calminechari témoigne de la diversité des mosasaures mais aussi de leur adaptation à un environnement dans lequel il valait mieux manger qu'être mangé. « Je dois admettre que, parmi les dix espèces que je connais, celle-ci possède une dentition si inhabituelle et extraordinaire que j'ai d'abord cru qu'il s'agissait d'une chimère composée de fossiles différents ! », a déclaré Nathalie Bardet, paléontologue au Muséum d'Histoire naturelle de Paris.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !