Planète

Découverte du plus jeune dinosaure !

ActualitéClassé sous :paléontologie , zoologie , dinosaure

Un pièce de plus au puzzle de l'origine de l'extinction des dinosaures : une corne de triceratops a été découverte dans des strates correspondant à la période précédant juste l'impact du météorite, il y a 65 millions d'années, suggérant que c'est bien cet événement qui serait à l'origine de l'extinction du Crétacé-Tertiaire.

Une corne de triceratops a été découverte dans le Nevada prouvant que cette espèce était bien présente juste avant l'impact avec une météorite il y a 65 millions d'années. © jjsala, Flickr, CC by-sa 2.0

Depuis des dizaines d'années, la communauté des paléontologues professionnels et amateurs est divisée : quelle est la cause de l’extinction des dinosaures ? Une météorite ? Une importante activité volcanique ? Un mélange des deux ? Difficile de statuer de manière certaine et les scientifiques font toujours la course à la preuve infaillible, celle qui confirmera une thèse et infirmera les autres.

À ce petit jeu, Tyler Lyson et son équipe de l'université Yale, viennent de marquer un point. En observant les couches géologiques datant de la crise du Crétacé-Tertiaire (65 millions d'années) - période de l'extinction de nombreuses espèces, dont les dinosaures - à la recherche de fossiles de mammifères, ils ont découvert le plus jeune dinosaure dans l'État du Nevada (États-Unis). Leurs résultats viennent d'être publiés sur le site de la revue Biology Letters.

Le doctorant Stephen Chester, co-auteur de l'étude, a découvert le plus jeune dinosaure connu (si l'on excepte bien sûr les oiseaux, des dinosaures toujours vivants...). © Tim Webster

Une corne déterrée

En quoi cela est-il un indice supplémentaire pour la thèse de la météorite ? Depuis que cette thèse existe - elle a été proposée par Walter Alvarez dans les années 1980 - elle a été l'objet d'attaques scientifiques répétées : les différents scénarios imaginés par les scientifiques se sont révélés incohérents.

L'un de ces principaux talons d'Achille de la théorie, c'est que les fossiles les plus récents ont été découverts à environ 3 mètres sous la strate correspondant à l'impact de la météorite ; 3 mètres de sédimentation sans fossile de dinosaures soit quelques millions d'années sans aucune preuve de leur existence.

Jusqu'à ce que Tyler Lyson et ses collègues déterrent l'année dernière les fossiles d'une corne d'un cératopsien (probablement un triceratops, espèce assez commune dans la région) au sein même de cette couche de trois mètres. De quoi enterrer la polémique des 3 mètres : il y avait bel et bien des dinosaures en bonne santé juste avant l'impact de la météorite.

Oui, mais est-ce suffisant pour calmer les débats ? Pas vraiment. Cet unique spécimen ne prouve pas que l'extinction des dinosaures ait été brutale. Elle a également été découverte 13 cm sous la limite du Crétacé-Tertiaire et non au même niveau. Si l'impact de la météorite avait provoqué l'extinction des dinosaures, ne devrait-on pas retrouver de nombreux fossiles dans la couche du crétacé tertiaire ? L'énigme est loin d'être résolue...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi