Si le Parc provincial des Dinosaures, au Canada, est bien connu pour sa richesse en fossiles, cette nouvelle découverte d’un squelette d’Hadrosaure est tout à fait spéciale : la partie exposée possède en effet plusieurs fragments de peau fossilisée qui promettent d’apporter de précieuses et nouvelles informations sur ce dinosaure du Crétacé.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview : trois dinosaures exceptionnels Les dinosaures sont des créatures étonnantes de par leur nature, leurs capacités ou encore leur taille. Ils ne connaissent pas d’équivalent dans le monde animal actuel. Futura-Sciences a interviewé Éric Buffetaut, paléontologue, afin qu’il nous parle des dinosaures les plus surprenants.

Chaque découverte de fossile de dinosaure apporte aux scientifiques son lot d'émotions. Mais il y en a qui sont particulièrement trépidantes. C'est le cas pour cette surprenante mise au jour d'un squelette d'Hadrosaure, faite en 2021. Alors qu'ils se promènent dans le Parc provincial Dinosaure, au Canada, un groupe d'étudiants et de scientifiques tombe par hasard sur une petite partie d'un squelette de ce dinosaure à bec de canard qui affleure sur le flanc d'une petite colline. De prime abord, rien d'exceptionnel pour le lieu.

Le site, classé par l'Unesco, est renommé pour sa formidable concentration en fossiles datant de la fin du Crétacé (77-75 millions d'années) et les paléontologuespaléontologues s'y rendent régulièrement pour excaver de nouveaux spécimens. Plusieurs squelettes d'Hadrosaures ont d'ailleurs déjà été retrouvés auparavant dans la région.

Mais en y regardant de plus près, les scientifiques notent un détail qui a son importance : la section exposée, qui correspond à la queue et à une partie de la jambe de l'individu, présente plusieurs zones avec des restes de peau fossilisée. Les surfaces recouvertes sont d'ailleurs assez importantes.

Vue détaillée de la queue portant des restes de peau fossilisée. © Avec l'aimable autorisation du <em>Royal Tyrrell Museum of Palaeontology</em>
Vue détaillée de la queue portant des restes de peau fossilisée. © Avec l'aimable autorisation du Royal Tyrrell Museum of Palaeontology

Une découverte très prometteuse

Il n'en faut pas plus pour mettre rapidement sur pied une mission d'excavation car la découverte est extrêmement prometteuse. La position de la partie visible du squelette laisse en effet penser que le spécimen pourrait avoir été préservé dans son intégralité, la grande majorité du fossile étant pour l'instant encore enfouie dans la roche sédimentaire grise formant la petite colline.

Schéma représentant le squelette du dinosaure avec la partie exposée actuellement et les restes de peau (en jaune), la partie grisée étant ce que les scientifique espèrent trouver si le squelette est entier. © Avec l'aimable autorisation du <em>Royal Tyrrell Museum of Palaeontology</em>
Schéma représentant le squelette du dinosaure avec la partie exposée actuellement et les restes de peau (en jaune), la partie grisée étant ce que les scientifique espèrent trouver si le squelette est entier. © Avec l'aimable autorisation du Royal Tyrrell Museum of Palaeontology

S'il est fréquent de retrouver des restes d'Hadrosaure au sein de ce parc, découvrir un spécimen entier est beaucoup plus rare et pourrait apporter d'importantes informations jusque-là manquantes sur l'apparence de ce dinosaure herbivore et sur son anatomieanatomie. Les scientifiques espèrent d'ailleurs retrouver d'autres zones couvertes de peau fossilisée, ce qui aiderait à dresser un portrait bien plus détaillé de cette espèceespèce.

Retrouver des fragments de peau fossilisée est en effet très rare, cette partie molle étant plus difficile à conserver que les os. À la vue de l'importance des zones recouvertes sur la partie exposée du fossile, les scientifiques suggèrent que le spécimen s’est fait ensevelir très rapidement, certainement moins de deux jours après sa mort. Ceci aurait permis l'exceptionnelle préservation de la peau.

Autre spécificité de cette découverte : la petite taille des os de la queue et du pied laisse penser qu'il pourrait s'agir d'un jeune individu. Une découverte, encore une fois, assez rare et qui pourrait permettre de mieux comprendre comment ces dinosaures évoluaient et se développaient avec l'âge.

De nombreuses informations à venir sur la « vache du Crétacé »

Les Hadrosaures sont l'une des figures emblématiques du Crétacé. Le nombre de fossiles découverts est en effet si important que l'on surnomme cette espèce la vachevache du Crétacé, tant les troupeaux devaient être nombreux à cette époque.

Illustration d'un jeune Lambeosaurus, une espèce d'Hadrosaure. © Julius Csotonyi. Avec l'aimable autorisation du <em>Royal Tyrrell Museum of Palaeontology</em>
Illustration d'un jeune Lambeosaurus, une espèce d'Hadrosaure. © Julius Csotonyi. Avec l'aimable autorisation du Royal Tyrrell Museum of Palaeontology

L'excavation de ce spécimen unique a ainsi débuté en août 2022 et devrait s'étaler sur plusieurs mois. Un travail long et minutieux s'annonce, mais il est nécessaire afin de garantir la bonne préservation du fossile.

Une fois dégagé, le squelette sera transféré au laboratoire de préparation du Royal Tyrell Museum, dans le but d'être étudié et analysé sous toutes ses coutures. Cette étude devrait encore prendre plusieurs années. La patience est de mise mais devrait à n'en pas douter apporter son lot de surprises et d'avancées scientifiques.