Incroyable découverte d'une peau de manchot âgée de 43 millions d'années

Classé sous :Fossile , Antarctique , continent antarctique

Un « événement unique » d'après Carolina Acosta Hospitaleche, paléontologue au sein du Musée de la Plata (Argentine). Dans une étude publiée dans Lethaia, cette chercheuse et son équipe dévoilent la première peau fossilisée d'un manchot datant de l'Éocène. Plus précisément d'il y a 43 millions d'années. Il s'agit non seulement du « premier spécimen de manchot à peau préservée au monde » s'enthousiasme Carolina Acosta Hospitaleche, mais aussi du « premier représentant d'un oiseau moderne à la peau pétrifiée dans le monde ». 

Voici la partie de l'aile articulée ayant été retrouvée. © Carolina Acosta Hospitaleche et al., « First fossilized skin of a giant penguin from the Eocene of Antarctica », Lethaia

L'espèce retrouvée sur l'île de Marambio, Palaeeudyptes gunnari, faisait partie des plus communes en Antarctique durant l'Éocène. À cette époque, l'Antarctique ne ressemblait aucunement à la région glaciaire d'aujourd'hui. Elle était couverte de forêts et abritait une faune très diversifiée. Certains des manchots déjà présents mesuraient jusqu'à deux mètres de haut ! Tandis que Palaeeudyptes gunnari se contentait probablement d'un mètre de hauteur. 

D'après l'Agencia Cienca, Tecnologia y Sociedad, la peau découverte est nue, c'est-à-dire sans plumes. « Elle a été préservée comme un fossile sur les deux surfaces de l'aile, emballant les os qui ont été articulés dans leur position d'origine, y compris les éléments qui s'ossifient des tendons, a détaillé la paléontologue. Cela nous a donné l'occasion d'analyser le tissu conjonctif de l'aile, ainsi que la morphologie et la densité des follicules cutanés où les plumes sont insérées ».

La comparaison de cet échantillon avec la peau de manchots modernes montre que Palaeeudyptes gunnari avait déjà des adaptations au froid, bien que l'Éocène ait été marqué par un réchauffement du climat global.

Des chercheurs ont découvert l'aile articulée d'un manchot datant de 43 millions d'années, sur l'île de Marambio, en Antarctique. © Instituto Antártico Argentino, AFP