Une vue d'artiste du cadavre de Vectaerovenator inopinatus flottant sur les eaux d'une mer peu profonde. © Trudie Wilson
Planète

Découverte d'une espèce étrange de dinosaure carnivore aux os creux

ActualitéClassé sous :dinosaure , L'île de Wight , Vectaerovenator inopinatus

L'île britannique de Wight est connue pour ses fossiles en paléontologie. Des amateurs y ont découvert les restes non seulement d'une nouvelle espèce mais d'un nouveau genre de dinosaure : Vectaerovenator inopinatus. Carnivore, comme le T-Rex, l'animal est étonnant car les os fossilisés retrouvés sont creux, comme chez les oiseaux.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview : des dinosaures dans le sud de la France ?  Dans le sud de la France, près de Béziers, se trouve le village de Cruzy. Fouillée depuis de nombreuses années, la zone a permis de belles découvertes. Futura-Sciences a interviewé Éric Buffetaut, un paléontologue familier du site, afin qu’il nous parle plus en détail de ce lieu propice à la découverte de fossiles de dinosaures. 

Lorsqu'on pense à des découvertes de fossiles de dinosaures, en encore plus lorsqu'il s'agit de théropodes, un clade de tétrapodes bipèdes comprenant la quasi-totalité des grands dinosaures carnassiers, comme les mythiques T-Rex et les Vélociraptors, et l'unique clade actuel des oiseaux, on pense à des fouilles dans les badlands canadiennes et états-uniennes.

Et pourtant, ce serait oublier que les dinosaures ont d'abord été identifiés en Europe, notamment par le biologiste, spécialiste en anatomie comparée et paléontologue britannique Richard Owen, à l'origine du terme « dinosaure ». Ce serait oublier également les fabuleux 29 squelettes d'iguanodons de Bernissart qui ont été découverts et extraits à partir de 1878 dans une mine de charbon. On oublierait aussi que les premiers fossiles d'archéoptéryx ont été découverts au XIXe siècle, en Allemagne, et qu'il est même possible de trouver des restes de dinosaures dans le sud de la France.

On ne doit donc pas être étonné par un communiqué de l'université de Southampton qui fait état de la découverte non seulement d'une nouvelle espèce mais d'un tout nouveau genre de dinosaures dans les couches sédimentaires de la célèbre île de Wight, la plus grande île d'Angleterre. Elle a particulièrement connu son heure de gloire en pleine période hippie avec un festival de musique rock et pop.

La découverte des restes de Vectaerovenator inopinatus s'est d'abord faite grâce à des amateurs. Explications. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l'écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © Université de Southampton

Mais il y a 115 millions d'années, au Crétacé, elle faisait partie d'une plaine d'inondation en bordure d'une mer côtière chaude et peu profonde, abritant des reptiles marins et de nombreuses ammonites. En étudiant des restes d'os fossilisés découverts sur une période de plusieurs semaines en 2019, sur l'estran de Shanklin (une station balnéaire populaire), une équipe de paléontologues vient donc de montrer qu'elle était aussi le lieu de séjour de Vectaerovenator inopinatus.

Un dinosaure bien terrestre dont le cadavre a flotté sur la mer

Ces restes peuvent sembler insignifiants, seulement quatre, et ils proviennent du cou, du dos et de la queue. Mais les principes de la paléontologie comparée les rendent bavards et le nom du nouveau dinosaure fait référence aux grands espaces aériens de certains des os, clairement les équivalents des sacs aériens également observés chez les oiseaux modernes et qui constituent des extensions des poumons. De la même manière, il est probable qu'ils ont contribué à alimenter un système respiratoire efficace tout en allégeant le squelette du théropode apparenté aux Tyrannosaurus rex et aux oiseaux des temps modernes.

Tout indique que ces os appartenaient bien à un seul individu dont on peut estimer la longueur à quatre mètres, comme l'expliquent avec ses collègues Chris Barker, doctorant en paléontologie, dans un article devant paraître prochainement dans la revue Papers in Palaeontology.

Dans un communiqué de l'université de Southampton, le chercheur déclare que : « Nous avons été frappés de voir à quel point cet animal était creux - il est criblé d'espaces aériens. Certaines parties de son squelette devaient être assez délicates. On ne trouve généralement pas de dinosaures dans les dépôts de Shanklin car ils ont été déposés dans un habitat marin. Vous êtes beaucoup plus susceptible de trouver des huîtres fossiles ou du bois flottant, c'est donc une découverte rare ». Chris Barker ajoute que les restes de dinosaures du Crétacé moyen ne se rencontrent pas fréquemment en Europe non plus et « c'est donc vraiment passionnant de pouvoir mieux comprendre la diversité des espèces de dinosaures de cette époque ».

Il est probable que Vectaerovenator inopinatus vivait sur terre dans une zone juste au nord du site où ses restes ont été trouvés. À sa mort, sa carcasse aurait ensuite été emportée dans la mer peu profonde à proximité. Il est raisonnable de penser que la découverte de nouveaux fossiles nous réservera quelques surprises quant aux idées que nous nous faisons de ce nouveau genre de dinosaures.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !