Meraxes gigas, un nouveau prédateur géant du Crétacé, qui ressemble étrangement au T-rex avec ses tout petits bras. © Carlos Papolio
Planète

Le T. Rex n’était pas le seul dinosaure à avoir des petits bras !

ActualitéClassé sous :dinosaure , Fossile , carcharodontosauridés

Que l'effroyable Tyrannosaurus rex se console, il n'est pas le seul grand prédateur à avoir eu des bras ridiculement minuscules. La découverte de Meraxes gigas, présentant les mêmes spécificités, pose cependant la question d'une telle convergence morphologique, malgré l'éloignement des deux espèces sur l'arbre de l'évolution.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview : trois dinosaures exceptionnels  Les dinosaures sont des créatures étonnantes de par leur nature, leurs capacités ou encore leur taille. Ils ne connaissent pas d’équivalent dans le monde animal actuel. Futura-Sciences a interviewé Éric Buffetaut, paléontologue, afin qu’il nous parle des dinosaures les plus surprenants. 

Parmi les dinosaures géants carnivores, les Tyrannosaures sont caractérisés par des bras ridiculement disproportionnés par rapport au reste du corps. Une équipe de scientifiques vient cependant de découvrir une nouvelle espèce de dinosaures avec cette même particularité morphologique. Il s'agit du Meraxes gigas. Le plus surprenant est que ce nouveau dinosaure n'a rien à voir avec les Tyrannosaures. Les deux espèces auraient évolué totalement indépendamment vers une morphologie similaire, soulevant de fait la question de l'origine de cette caractéristique et de son intérêt

Un nouveau squelette découvert en Patagonie

Le Meraxes gigas appartient au groupe des Carcharodontosauridés, qui ont vécu au début du Crétacé, soit il y a environ 129 à 89 millions d'années. Les Carcharodontosauridés regroupent parmi les plus grands prédateurs terrestres ayant existé, comme le Giganotausorus ou le Tyrannotitan, par exemple. Mais pas un autre prédateur bien connu, le Tyrannosaurus rex, qui fait partie d'un groupe différent. Bien que leurs caractéristiques physiques soient relativement proches, M. gigas et T. rex n'ont en effet pas du tout vécu au même moment, M. gigas ayant disparu environ 20 millions d'années avant l'apparition des T. rex. Les deux espèces sont d'ailleurs assez éloignées sur l'arbre de l'évolution, et n'ont aucun lien direct. Le fait de posséder de très petits bras n'étant pas lié à une transmission génétique, comment expliquer qu'une telle morphologie se retrouve sur ces deux espèces ?

Les tyrannosaures avaient, comme les Meraxes gigas, de tout petits bras, malgré l'appartenance à un groupe différent. © warpaintcobra, Adobe Stock

Le squelette de Meraxes gigas récemment découvert dans le nord de la Patagonie (Argentine) pourrait donner quelques pistes. Le fossile mis au jour appartient à un individu adulte, certainement âgé de 45 ans, long de 11 mètres et ayant pesé sans doute plus de cinq tonnes. Le squelette est particulièrement complet au niveau des bras et des jambes et montre la présence de grandes insertions musculaires ainsi qu'une ceinture pectorale très développée. Les bras du Meraxes gigas étaient donc petits, mais costauds. Un fait qui a son importance puisque cela signifie que cette morphologie n'est pas le résultat d'une atrophie graduelle des membres supérieurs à cause de leur inutilité. Malgré leur taille, ces petits bras devaient donc servir à quelque chose.

Une particularité génétique liée à la taille de la tête ?

Pour Juan Ignacio Canale, auteur principal d'une étude publiée dans la revue Current BiologyM. gigas, tout comme le T. rex, aurait pu utiliser ses petits bras lors de la reproduction, notamment pour maintenir la femelle pendant l'accouplement. D'autres théories proposent qu'ils auraient pu être utiles pour se relever après une chute. Cependant, il est impossible pour le moment d'avoir une quelconque certitude sur leur utilité exacte.

Aucune de ces théories cependant n'explique pourquoi les bras de ces monstres géants étaient si courts. Pour Juan Ignacio Canale, il pourrait s'agir du résultat d'une sélection génétique en lien avec la taille de la tête, les deux éléments semblant étroitement liés. Les chercheurs ont en effet remarqué que de manière générale, chez les grands prédateurs comme M. gigas et T. rex, plus la tête est grande, plus les bras sont petits.

La tête de Meraxes gigas était énorme et ornée de bosses, crêtes, sillons ayant certainement joué un rôle dans l'attractivité sexuelle du mâle. © Jorge A Gonzales

Il semblerait ainsi que chez ces dinosaures, une tête de taille importante implique une interaction négative avec la longueur des bras. Chez les grands prédateurs, une tête imposante étant un atout et certainement un critère pour la reproduction, cela aurait de fait sélectionné des individus avec de petits bras. Une nouvelle piste à creuser.

Le fossile livre également d'autres informations précieuses sur la vie sociale de Meraxes gigas et sur l'importance de la tête chez cette espèce. Le crâne est en effet décoré de plusieurs « ornements » : crêtes, bosses, sillons et petites cornes, des caractéristiques uniquement retrouvées chez les individus adultes. D'où l'hypothèse que ces ornements crâniens ont certainement joué un rôle dans l'attractivité sexuelle du mâle.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !