La mystérieuse araignée fossile était en fait... une écrevisse

Classé sous :paléontologie , araignée fossile , fraude scientifique

Au mois de février 2019, des scientifiques chinois affirment dans la revue Acta Geologica Sinica avoir identifié une nouvelle espèce d’araignée géante à partir d'un fossile. Baptisée Mongolarachne chaoyangensis, cette dernière s'est pourtant révélée être un banal fossile d'écrevisse trafiqué, expliquent aujourd'hui Paul Selden, spécialiste des arachnides à l'université du Kansas, et ses collègues. Le chercheur a examiné le fossile au microscope électronique à fluorescence et il a remarqué que certaines parties du fossile avaient été réparées avec du ciment et peintes à la main par les faussaires.

Passé à la microscopie à fluorescence, le fossile révèle des parties réparées avec du ciment (en gris) et peintes à la main (en brun). © Paul Selden, université du Kansas

« Lorsque l'on m'a transmis le fossile, j'ai immédiatement remarqué que quelque chose clochait, explique Paul Selden. Il manquait plusieurs parties de l’araignée, ses pattes comptaient trop de segments et ses yeux étaient énormes. Je me suis posé de nombreuses questions jusqu'à ce qu'un collègue chinois  m'explique qu'il y a beaucoup d'écrevisses dans la localité où l'on a découvert le fossile. J'ai alors réalisé que j'avais là une écrevisse très mal conservée sur laquelle quelqu'un avait peint des pattes ».

Le fossile avait été découvert par des agriculteurs locaux, qui s'enrichissent ainsi en revendant des fossiles auprès des touristes. « À première vue, c'est très bien fait et on ne remarque rien, explique Paul Selden, qui ne met pas en doute la bonne foi des auteurs chinois de l'article. Ce sont de très bons paléontologues, mais pas des experts en araignées ». Selon lui, les fossiles falsifiés sont monnaie courante partout dans le monde. Mais ils concernent plutôt des pièces plus importantes comme les dinosaures et il est rare qu'ils fassent l'objet d'une publication scientifique.

Ce fossile d’araignée décrit dans une revue scientifique en février 2019 s’est révélé être celui d’une écrevisse à laquelle on a rajouté des pattes. © Paul Selden, université du Kansas