Planète

En bref : quand la Terre se réchauffe, les mammifères rapetissent

ActualitéClassé sous :paléontologie , Maximum Thermique du Paléocène-Eocène , maximum thermique de l'Eocène

Voici 55,8 et 53,7 millions d'années, notre planète a connu deux importants réchauffements climatiques. Nous savons maintenant que, dans les deux cas, des mammifères comme l'Hyracotherium ont significativement perdu en taille.

Les Hyracotherium, des mammifères aujourd’hui disparus qui sont apparentés aux chevaux, ont rapetissé à plusieurs reprises lorsque la température globale de la Terre a augmenté. Cette adaptation leur permettait probablement de diminuer le ratio entre la surface de leur peau et le volume de leur corps, ce qui facilite les pertes de chaleur. © Heinrich Harder, Wikimedia Commons, DP

Notre planète n'en est pas à son premier réchauffement climatique, bien au contraire. Voici 55,8 millions d'années, lors du maximum thermique du Paléocène-Éocène, sa température moyenne globale a par exemple augmenté de 6 °C en seulement 20.000 ans. Associé à une importante augmentation de la concentration atmosphérique de CO2, cet événement a alors eu une importante conséquence sur les mammifères, par exemple sur les Hyracotherium : ils ont rapetissé de 30 % ! Par la suite, les espèces concernées ont récupéré leur taille lorsque la température est revenue à la normale.

De nos jours, ce phénomène pose toujours question, notamment car nous ne savons pas s'il est survenu de manière ponctuelle ou non. Ce dernier point vient d'obtenir une réponse grâce aux travaux menés à l'université du New Hampshire (États-Unis) par Abigail D'Ambrosia et William Clyde, et qu'ils ont présentés à la rencontre annuelle de la Société de paléontologie des vertébrés (SVP 2013) qui s'est tenue jusqu'au 2 novembre à Los Angeles (États-Unis). C'est bien une règle générale : les mammifères rapetissent quand la température du globe augmente.

Pour l'affirmer, ils ont analysé des molaires de mammifères retrouvées dans les sédiments du bassin fossilifère de Bighorn (Wyoming, États-Unis), sachant que leur longueur reflète celle de leur propriétaire. Or ces animaux sont morts voici 53,7 millions d'années, tandis que la Terre subissait le maximum thermique de l'Éocène. Bien que cet événement ait été de moindre ampleur que le précédent, la taille des Hyracotherium a tout de même diminué de 22 %. CQFD ! L'Homme va-t-il perdre des centimètres dans les siècles à venir, comme ces mammifères en leur temps ?

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi