Certaines photographies nous fascinent par leur beauté, d'autres nous interpellent par leur étrangeté. C'est un peu des deux que nous éprouvons devant un lever de soleil saisi par le photographe argentin Luis Argerich.
Cela vous intéressera aussi

Si l'on vous demande quelle est la forme du Soleil ou de la Lune, vous répondrez « ronde » sans hésitation, tant cela est évident lorsque ces deux astresastres se déplacent dans le ciel. Pourtant cette assertion risque de perdre de sa crédibilité si vous regardez ces mêmes astres quand ils sont à l'horizon. Là, les choses se compliquent sérieusement, qu'il s'agisse de la forme ou de la couleurcouleur des globes concernés.

En cause, la très grande épaisseur de la couche atmosphérique traversée par les rayons lumineux ainsi que les variations de température des différentes stratesstrates qui la composent, deux effets qui peuvent se conjuguer avec des résultats spectaculaires à la clé. Vase étrusque, mirage solaire ou rayon vert sont quelques-unes des surprises qu'ont parfois le bonheur d'admirer les passionnés qui guettent les levers et couchers de lunelune ou de soleilsoleil, une occasion unique également pour voir des taches sur le Soleil, sans aucun filtre. On croyait avoir à peu près tout vu en la matièrematière, c'était sans compter sur l'inventivité de dame Nature qui a fait un beau cadeau au photographe Luis Argerich.

Exemple de mirage au lever du soleil. © <a href="http://montreurdimages.blogspot.com/2011/08/mirage-solaire.html" title="J-B Feldmann" target="_blank">J.-B. Feldmann</a>

Exemple de mirage au lever du soleil. © J.-B. Feldmann

Un Soleil sans globe

Luis Argerich est un photographe argentin qui aime réaliser des images de paysages, qu'ils soient terrestres, marins ou célestes. Pluies d'étoiles filantes, éclipseséclipses ou simples nuagesnuages sont autant d'occasions pour lui de réaliser des images qui suscitent chez ceux qui les regardent des sentiments d'émotion et de bonheur devant la beauté de la nature.

Le cliché présenté ci-dessous, réalisé dans l'estuaireestuaire de Rio de la Plata, vient de faire la une de l'Apod (Astronomy Picture of the Day) qui a fêté ses 15 ans l'an dernier. Se levant au-dessus de l'eau, le soleil semble avoir perdu quelques instants son aspect sphérique pour ne diffuser sa lumièrelumière qu'à travers quelques nuages posés sur l'horizon. Un phénomène de distorsion bien réel (il ne s'agit nullement de déformations produites par les lentilleslentilles de l'objectif photographique) que les scientifiques ont encore bien du mal à expliquer, tant il est difficile de modéliser toutes les perturbations (agitation, température...) qui affectent une couche d'airair juste au-dessus du sol... ou de l'eau !