Il y a environ 200.000 ans, il semblerait qu'Homo sapiens recherchait déjà le confort d'un abri... exempt d'insectes. Particulièrement pour dormir et travailler, d'après les restes découverts par des chercheurs au fin fond de la Border Cave.

Cela vous intéressera aussi

En scrutant le fond de la Border Cave, une grotte située en Afrique du Sud, des archéologues ont découvert un lit. Ou plutôt, ce qu'il en reste. Daté d'il y a environ 200.000 ans, ce lit préhistorique serait composé d'herbes de la famille des Panicoideae, posées sur des couches de cendres. L'ensemble ayant été identifié par des techniques microscopiques et de caractérisation chimiques (spectroscopiques).

Selon Lyn Wadley, coautrice de l'étude publiée dans Science, l'ajout de cendres serait une « stratégie délibérée, non seulement pour créer une base isolée et sans saleté pour la litièrelitière, mais aussi pour repousser les insectes », tels que les tiques et autres arthropodesarthropodes. Elles ont pu agir comme insectifuge, puisque les insectesinsectes se déplacent moins bien dans cette sorte de poudre fin, qui met en difficulté leur appareil respiratoireappareil respiratoire.

« Parfois, la base cendrée de la litière était un vestige de litière herbeuse plus ancienne, qui avait été brûlée pour nettoyer la grotte et détruire les insectes nuisibles », suppose Lyn Wadley, dans un communiqué. Mais « à d'autres occasions, la cendre de boisbois était utilisée comme surface propre pour une nouvelle couche de litière » d'herbes.

Lyn Wadley, professeure d'archéologie sud-africaine, présente ici l'étude qu'elle a coécrite. © Wits University, YouTube

Une recherche primitive de confort

Les restes de lit incluent également « des débris lithiques, des os brûlés, et des grains d'ocreocre arrondis », écrivent les chercheurs, dont l'origine anthropique est cohérente avec les informations dévoilées par la Border Cave. Puisque ce site archéologique a déjà livré des dizaines de milliers de vestiges. Parmi eux, existent des traces de feux volontairement allumés entre -200.000 et -38.000 ans. Les personnes habitant ce lieu dormaient près du feufeu, et y accomplissaient des tâches en communauté.

En l'occurrence, elles « travaillaient aussi bien que dormaient sur la surface de l'herbe » des lits, « parce que les débris de la fabrication des outils en pierre sont mélangés aux restes d'herbes », explique Lyn Wadley. Quant aux grains d'ocre rouge et orange, ils ont pu servir à colorer la peau humaine et à décorer des objets.

L'être humain moderne, Homo sapiens, aurait émergé il y a environ 300.000 ans en Afrique. Cette étude suggère que quelque 100.000 ans après, ces individus « pouvaient produire du feu à volonté, et utilisaient le feu, les cendres, et les plantes médicinalesplantes médicinales pour maintenir des camps propres et exempts d'insectes nuisibles », considère Lyn Wadley. « De telles stratégies auraient eu des bénéfices sanitaires qui auraient avantagé ces premières communautés. »