Chaque individu est unique dans sa façon d'être et de penser et comme nous, les éléphants seraient dotés d’une personnalité bien à eux. Ce caractère les rend uniques, mais il pourrait aussi jouer un rôle dans leur capacité à résoudre de nouveaux problèmes.

Les éléphants, considérés grandement intelligents, sont capables d'attraper de la nourriture hors de leur portée en soufflant ou en utilisant des outils, mais aussi de résoudre des puzzles. LisaLisa Barrett et Sarah Benson-Amram du Laboratoire de Comportement et de CognitionCognition animale de l'Université du Wyoming ont mené une étude qui a été publiée dans le Journal of Comparative Psychology sur la relation entre personnalité et performance cognitive de ces animaux.

Les scientifiques ont conduit la recherche sur quinze éléphants d'Asie et trois éléphants de savane d'Afrique, issus de trois zoos des États-Unis : celui de San Diego, de Washington et d'Oklahoma City. L'expérience était basée sur des tests de personnalité et des tâches à accomplir. « Comme nous ne pouvions pas donner aux éléphants un test de personnalité comme ceux que vous connaissez en ligne, nous devions penser de façon créative », explique Lisa Barrett.

Un éléphant d'Afrique, à gauche, et un éléphant d'Asie, à droite. © Jakub Krechowicz, Adobe Stock.
Un éléphant d'Afrique, à gauche, et un éléphant d'Asie, à droite. © Jakub Krechowicz, Adobe Stock.

Le déroulement des expériences

Afin de pouvoir caractériser la personnalité de chaque éléphant, les chercheurs ont élaboré trois stratégies.

  1. Ils ont observé la réaction de l'animal lorsqu'il était mis face à des objets inconnus : un ballon, une bûche brûlée et de l'urine de prédateur.
  2. Ils ont demandé aux personnes qui s'occupent de l'éléphant de remplir un questionnaire sur son tempérament.
  3. Ils ont regardé les mammifères pendant leurs interactions les uns avec les autres. 

Globalement, les chercheurs ont essayé de mesurer des traits de caractère tels que l'activité, l'affection, l'agressivité, l'excitabilité, l'espièglerie, la timidité et la sociabilité. 

Le but était de voir si les personnalités déterminées pouvaient prédire le succès de résolutionrésolution de plusieurs problèmes cognitifs, pour lesquels les éléphants ont eu trois opportunités : retirer une balle d'une boîte, d'une tige, et d'un tube piège. Les scientifiques ont également évalué la capacité d'apprentissage de chaque individu en évaluant si la résolution des tâches se faisait plus rapidement au fil des essais. 

Les trois problèmes cognitifs que devaient résoudre les éléphants. © Lisa Barrett, Sarah Benson-Amram, <em>Journal of Comparative Psychology</em>
Les trois problèmes cognitifs que devaient résoudre les éléphants. © Lisa Barrett, Sarah Benson-Amram, Journal of Comparative Psychology

Les résultats de l'étude ont montré que les éléphants apprenaient à résoudre deux des trois tâches plus rapidement, et que leur agressivité et niveau d'activité permettaient de prédire leur capacité à résoudre les problèmes. Par contre, les traits de personnalité ne permettent en général pas de prévoir la capacité d'apprentissage. 

Pourquoi examiner la capacité à résoudre des problèmes chez les éléphants ?

Les problèmes miment certaines situations auxquelles les éléphants font face dans la nature. Avec des recherches plus poussées, il sera possible de prédire quels individus pourraient surmonter ou s'habituer aux moyens de dissuasion utilisés pour éviter l'invasion des terres agricoles ou les conflits avec les humains.

Plus généralement, cette étude permettra une meilleure gestion en captivité ou à l'état sauvage de ces animaux menacés. Pour ceux d'entre eux qui sont logés dans des zoos, la recherche sur les différences individuelles pourrait participer à leur bien-être, et la connaissance de leur comportement implique des stratégies de conservation plus adaptées.