Des chercheurs du Georgia Tech College of Engineering (États-Unis) ont étudié les capacités de succion des éléphants. © juanjo, Adobe Stock
Planète

La trompe de l’éléphant aspire à 540 km/h sans casser des chips

ActualitéClassé sous :animaux , éléphant , trompe

[EN VIDÉO] Percer les secrets de la trompe des éléphants  Sensibles, intelligents, les éléphants sont des animaux étonnants. Et des chercheurs du Georgia Tech College of Engineering (États-Unis) ont voulu en apprendre plus sur les capacités de succion de leur trompe. Ils ont découvert comment celle-ci peut à la fois aspirer de l’eau à une vitesse incroyable et manipuler des chips tout en douceur. (en anglais) © Georgia Tech College of Engineering 

La trompe d'un éléphant ne pèse pas moins de 100 kilos. Mais c'est loin d'être un appendice inutile. L'éléphant s'en sert notamment pour aspirer de la nourriture et de l'eau. Des chercheurs ont étudié le mécanisme en détail. Il est étonnamment adaptable et efficace.

C'est avec sa trompe que l'éléphant respire, qu'il perçoit les odeurs, qu'il communique, qu'il aspire de l'eau ou attrape de la nourriture, qu'il explore le monde ou se saisit d'objets. Un véritable couteau suisse composé de plus de 100.000 muscles. Des chercheurs du Georgia Tech College of Engineering (États-Unis) ont voulu en apprendre plus sur la physique qui se cache derrière. Avec l'idée peut-être, de s'en inspirer pour fabriquer des robots plus efficaces.

Ils ont étudié des éléphants du zoo d'Atlanta pendant qu'ils mangeaient. Pas loin de 200 kilos de nourriture par jour. Ce n'est pas rien. Ils ont d'abord noté que les éléphants se comportent différemment selon l'aliment qui se présente à eux. Les plus gros sont saisis, puis portés à la bouche. Les plus petits sont aspirés. Parfois avec précaution. Comme avec ces chips qu'ils peuvent suspendre au bout de leur trompe sans les casser.

Sur terre ou sous l’eau, la trompe de l’éléphant toujours aussi efficace

Les chercheurs ont également détaillé la façon de boire des éléphants. Une sonde à ultrasons les a renseignés sur le fonctionnement des muscles internes de la trompe. Lorsque l'éléphant les contracte, ses narines se dilatent jusqu'à 30 %, augmentant le volume nasal de 64 %. De quoi permettre à l'animal d'aspirer jusqu'à 5,5 litres d’eau à une vitesse de 150 mètres par seconde. C'est 30 fois plus rapide qu'un éternuement humain !

Cette capacité extraordinaire de succion, les éléphants semblent être les seuls animaux au monde à pouvoir l'utiliser sur terre et sous l'eau. Les autres animaux connus pour avoir développé ce type de comportement l'emploient de manière plus limitée. Le poulpe utilise des jets d'eau pour avancer et les poissons-archers aspirent des insectes en même temps que l'eau de surface.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !