Pour purifier l’eau, on peut la filtrer à l’aide d’osmoseurs ou y placer des pastilles de dioxyde de chlore ou de l’iode, par exemple. Mais les chercheurs nous proposent aujourd’hui une nouvelle méthode un peu plus surprenante : y plonger des épluchures de fruits et de légumes !
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Warka, une tour qui transforme le brouillard en eau potable Arturo Vittori est un architecte italien qui a notamment travaillé pour les agences spatiales null

L'eau nous est essentielle. Mais elle est de plus en plus polluée ou contaminée par des impuretés en tout genre. D'où la nécessité croissante de recourir à des méthodes de purification de l'eau. Et Cindy Samet, une chimiste du Dickinson College (États-Unis) présente aujourd'hui une technique qui s'appuie sur des produits que l'on trouve dans toutes les cuisines... dans toutes les poubelles, devrait-on plutôt dire : des épluchures de fruits et légumes.

Elle s'appuie sur une étude réalisée en 2015 du côté de l'université de Singapour et qui démontrait comment l'écorce d’avocat séchée est capable d'adsorber de grandes quantités de bleu de méthylènebleu de méthylène en seulement quelques heures. Et elle s'intéresse à une douzaine d'aliments parmi lesquels la citrouille, le gombogombo, le citron et la bananebanane.

Les épluchures de gombo ont la capacité à adsorber les ions plomb présents dans l’eau. © banglablog, Pixabay, CC0 Creative Commons

Les épluchures de gombo ont la capacité à adsorber les ions plomb présents dans l’eau. © banglablog, Pixabay, CC0 Creative Commons

Des résultats à confirmer

Cindy Samet s'est d'abord attachée à nettoyer les épluchures - et les graines qu'elle a également testées - en les faisant bouillir pour en éliminer les impuretés. Après séchage, les épluchures ont été broyées avant d'être plongées dans de l'eau polluée de bleu de méthylène, de plombplomb et de cuivrecuivre.

Résultat :

  • les graines de citron et les épluchures de gombo ont permis d'éliminer 100 % des ionsions plomb ;
  • les épluchures de citron en ont éliminé plus de 96 % ;
  • et les graines de gombo, quelque 50 %.

Les travaux de Cindy Samet se concentraient sur les effluents industriels, mais elle imagine déjà que les épluchures pourraient être utilisées aussi pour purifier efficacement les eaux domestiques.