Planète

Émissions de CO2 : hausse confirmée en 2012… et attendue en 2013

ActualitéClassé sous :développement durable , émission de CO2 , émission de gaz carbonique

Les experts du Global Carbon Project viennent de publier l'édition 2013 de leur rapport. Sans grande surprise, les émissions mondiales de CO2 liées aux carburants fossiles et à la filière ciment ont à nouveau augmenté en 2012 (+2,2 %), principalement à la suite du retour en force du charbon dans certaines contrées. Sans grande surprise encore, une tendance similaire est attendue en 2013. Les chiffres présentés méritent d'être nuancés.

La déforestation augmenterait de 10 % les émissions de CO2 générées par la combustion de carburants fossiles et la filière ciment. © Ben Reierson, Flickr, cc by nc sa 2.0

Les objectifs du protocole de Kyoto attendront encore un peu, car les émissions mondiales de gaz carbonique liées à la combustion de carburants fossiles et à la filière ciment ont connu une nouvelle augmentation en 2012 : +2,2 %. À elles seules, ces activités ont libéré 9,7 milliards de tonnes de carbone dans l'atmosphère depuis 1990 et la signature du protocole (soit 35,5 milliards de tonnes de CO2, +58 % par rapport à l'année de référence). Ces chiffres ont été présentés le 19 novembre dernier, après la publication du rapport 2013 du Global Carbon Project (GCP).

Comme chaque année depuis 2001, ce groupement de 77 experts a également réalisé des projections sur la situation attendue en 2013. Résultat : une nouvelle augmentation de 2,1 % devrait être observée, ce qui fera monter le total des émissions à 9,9 milliards de tonnes de carbone (soit 36,3 milliards de tonnes de CO2, +61 % par rapport l'année de référence). Néanmoins, tout n'est pas négatif pour autant. En effet, les valeurs de 2012 et 2013 sont inférieures à l'augmentation moyenne annuelle de +2,7 % calculée entre 2003 et 2012.

Ces augmentations s'expliquent principalement par un accroissement de 2,8 % des émissions liées à la combustion de charbon dans le monde, contre +2,5 % pour le gaz et +1,2 % pour le pétrole. Ainsi, en 2012, ce combustible a contribué à hauteur de 54 % à la croissance observée, contre 21 % pour le gaz et 18 % pour le pétrole. Bien évidemment, tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne.

Cartographie des quantités de CO2 émises par différents pays à la suite de la combustion de carburants fossiles (les chiffres sont d'Enerdata, et non du Global Carbon Project). Pour l'année 2012, la Chine et les États-Unis étaient encore en tête de la liste des plus gros émetteurs, devant l'Union européenne. © Idé

Forte augmentation des émissions de CO2 en Chine et en Inde

En effet, certaines contrées ont renforcé leur dépendance à la houille, tandis que d'autres l'ont diminuée. Par exemple, le Japon affiche en 2012 une augmentation de 5,6 % de ses émissions de CO2 liées à la combustion de ce carburant, ce qui représente environ la moitié de la valeur déterminée pour l'Inde (+10,2 %). Plus près de chez nous, une hausse de 4,2 % a été observée en Allemagne, ce qui est supérieur à la moyenne de l'Union européenne (+3,0 %).

Cependant, l'Europe affiche un bilan plutôt positif si l'on considère les émissions liées à la combustion de l'ensemble des carburants fossiles et aux cimenteries, puisqu'elles ont baissé de 1,3 %. Une tendance similaire a été observée aux États-Unis (-3,7 %), principalement grâce à la réduction de la consommation de charbon au profit du gaz de schiste. Malgré ces diminutions, ces deux régions occupent toujours respectivement les troisième et deuxième places du podium des plus gros émetteurs de la planète, juste derrière l'indétrônable Chine (+5,9 % entre 2011 et 2012). Notons que l'Inde, avec une progression de 7,7 %, s'est doucement rapprochée de l'Union européenne en 2012.

Le CO2 émis par habitant diminue en Europe et aux États-Unis

Logiquement, la quantité moyenne de CO2 émise par citoyen en 2012 a diminué dans l'Union européenne et vaut 1,9 tonne de carbone (tC) par habitant. C'est aussi le cas aux États-Unis, avec 4,4 tC/habitant, pays qui reste néanmoins largement en tête dans cette catégorie. Fait notable, la Chine a rattrapé l'Union européenne en 2012 (1,9 tC/habitant, soit sept tonnes de CO2 par citoyen en 2012). Au niveau mondial, la moyenne est de 1,4 tC/habitant.

Avec ces quelques chiffres, l'objectif de limiter le réchauffement climatique à moins de 2 °C d'ici la fin du siècle s'éloigne encore un peu plus. Le message est donc toujours le même : il faut réduire nos émissions de CO2 de manière drastique et rapide. Les données utilisées dans le cadre des calculs sont disponibles sur le site du journal Earth System Science Data Discussion (ESSDD).

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi