Planète

Changement climatique : les chevreuils s'adaptent mal

ActualitéClassé sous :climatologie , changement climatique , chevreuil

-

En décalant les saisons, le changement climatique modifie le cycle de vie de nombreux végétaux et animaux. Certaines espèces s'adaptent bien à ce décalage, d'autres n'y parviennent pas. C'est le cas du chevreuil des forêts dont la période de mise bas n'a pas changé en 27 ans. Ce manque d'adaptabilité au climat induit une mortalité accrue des faons et une baisse de la croissance de la population.

Les chevreuils ne réussissent pas à adapter leur mise bas en fonction du réchauffement climatique. En conséquence, la mortalité des faons augmente. © Pap_aH, Flickr - Licence Creative Commons (by-nc-sa 2.0)

Le changement climatique décale certains phénomènes saisonniers. Sous l'effet de températures plus douces, le réveil printanier de la végétation est plus précoce, les larves d'insectes éclosent plus tôt, etc. Comment réagissent les animaux qui dépendent de ces ressources alimentaires ? La mésange charbonnière a avancé sa date de ponte afin que la période des naissances reste synchrone avec l'abondance des chenilles dont elle se nourrit. La plupart des mammifères étudiés jusqu'à présent, dont le cerf élaphe, s'adaptent de manière similaire. Mais ce n'est pas le cas du chevreuil, qui est incapable de régler la période des naissances sur le pic printanier des ressources végétales dont il dépend. C'est en tout cas ce que montre une étude réalisée par une équipe du CNRS basée à Lyon et publiée dans la revue Plos Biology.

Les chercheurs sont parvenus à ce constat en étudiant la population de chevreuils de la forêt de Trois-Fontaines, en Champagne. Chaque année depuis 1985, les faons nouveau-nés sont capturés d'avril à juin afin d'estimer leur date de naissance et de les marquer par une bague à chaque oreille. De janvier à mars, une campagne de recapture permet d'estimer le taux de survie à huit mois des faons. Par ailleurs, l'avancée du printemps a été mesurée grâce aux dates de floraison du vignoble champenois.

Bien que la température augmente régulièrement chaque année, les petits chevreuils naissent toujours au même moment. Aujourd’hui, la mise bas se produit environ deux semaines après l'apparition des jeunes pousses indispensables à leur développement.

Bien que la température augmente régulièrement chaque année, les petits chevreuils naissent toujours au même moment. Aujourd’hui, la mise bas se produit environ deux semaines après l'apparition des jeunes pousses indispensables à leur développement. © Foto Nilsson, Flickr, cc by nc sa 2.0

Bientôt des forêts sans chevreuils ?

Au cours de la période d'étude, allant de 1985 à 2011, alors que la température printanière a augmenté de 0,07 °C par an et que l'avancée de la végétation a été de 0,6 jour par an, la date moyenne de mise bas du chevreuil est restée constante, centrée autour du 16 mai. Par conséquent, les naissances se produisent aujourd'hui deux semaines après l'apparition en forêt des jeunes pousses dont se nourrissent les chevreuils et dont dépendent particulièrement les femelles allaitantes. Ce déficit de ressources végétales accroît la mortalité des faons, ce qui diminue le recrutement (le nombre de faons atteignant l'âge d'un an et qui pourront contribuer à la génération suivante) et le taux d'accroissement de la population (passé de 1,23 à 1,06 en 27 ans).

Les raisons de cette inadaptation sont doubles : d'une part, le cycle reproductif du chevreuil dépend de la photopériode (le rapport entre les durées du jour et de la nuit), qui n'est pas modifiée par le changement climatique. D'autre part, la date de naissance ne semble pas être héritable. En effet, bien que les femelles nées tôt dans la saison aient plus de chance de survivre (seul un quart des faons nés après le 31 mai atteignent l'âge de huit mois, soit deux fois moins que ceux nés avant le 12 mai), elles n'ont pas tendance à mettre bas plus tôt que les autres.

Si l'avancée du printemps se poursuit, le chevreuil pourrait décliner dans les écosystèmes forestiers, mais toutefois pas avant plusieurs décennies. Quant aux chevreuils vivant en milieu ouvert, ils ne semblent pas souffrir du changement climatique, car ils se nourrissent aussi des cultures agricoles.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi