Santé

Quand les chevreuils copient leurs voisins

ActualitéClassé sous :vie , chevreuil , comportement

Les chevreuils sont des animaux réputés craintifs. Cependant, quand ils sont en groupe, ils passent moins de temps à surveiller leur environnement et ils ont tendance à le faire en même temps. En filmant des groupes d'animaux de différentes tailles, des chercheurs de l'INRA montrent que ces deux phénomènes résultent de la tendance des individus à se copier les uns les autres.

Chez les mammifères et les oiseaux, les phases d'alimentation alternent avec des actes de vigilance au cours desquels les individus observent l'environnement. De nombreuses études consacrées à la vigilance des animaux montrent que ce comportement varie si l'animal est en groupe : plus le groupe est grand, moins l'individu passe de temps à surveiller. Est-ce le résultat d'une adaptation, parce qu'un groupe plus grand serait moins vulnérable aux prédateurs ? Les animaux seraient-ils capables d'évaluer la taille de leur groupe et d'ajuster en conséquence leur comportement ?

Quand les chevreuils copient leurs voisins

Les chevreuils se copient pour les comportements d'alimentation et de vigilance

Des chercheurs de l'INRA ont montré que, chez le chevreuil, l'explication est toute autre : la diminution du temps passé à surveiller résulte simplement de la tendance des individus à se copier les uns les autres. L'animal copie en particulier les comportements d'alimentation et de vigilance de ses voisins. Or, le chevreuil passe plus de temps à s'alimenter qu'à surveiller. Dans un groupe, un animal aura donc en général plus de voisins qui broutent que de voisins qui surveillent. Le fait de copier le comportement de ses voisins l'amènera ainsi à passer d'autant plus de temps à s'alimenter et d'autant moins de temps à surveiller que la taille du groupe est grande. En contrepartie, cette copie du comportement des voisins se traduit par des " bouffées " de vigilance collective, et à l'inverse, des moments de relâchement de la surveillance.

On connaît depuis longtemps la tendance des animaux grégaires à se copier les uns les autres pour de nombreux comportements, mais c'est la première fois que la démonstration est faite pour le comportement de vigilance.

Pour obtenir ces résultats, les chercheurs de l'INRA ont filmé, dans une plaine agricole, 83 groupes de chevreuils de 2 à 16 individus à une distance d'au moins 200 mètres. Ils ont analysé les séquences en enregistrant, à chaque instant, non seulement le type d'activité de l'individu, mais aussi celui de ses voisins. C'est ainsi qu'ils ont pu montrer que les animaux surveillaient ensemble plus souvent que ne le voudrait le hasard. Il s'agit d'une approche pionnière car auparavant, le comportement de vigilance d'un animal était quantifié sans prendre en compte l'activité des autres membres du groupe.

Cas particulier ou généralité ?

L'existence de " bouffées " de vigilance collective et de moments de relâchement de la surveillance n'est guère optimale. Cette non-optimalité, mise en évidence dans une population de chevreuils vivant en plaine agricole, pourrait être mise sur le compte du passé évolutif de l'espèce : le chevreuil, classiquement considéré comme une espèce forestière et peu grégaire, n'a commencé à coloniser les plaines céréalières et à vivre en grands groupes que depuis une quarantaine d'années, un délai à l'évidence insuffisant pour la mise en place d'une adaptation génétique. Néanmoins, une étude récemment réalisée sur le nandou par des chercheurs argentins montre que chez cet oiseau coureur des pampas d'Amérique du Sud, les individus d'un même groupe ont eux aussi tendance à surveiller en même temps. Ces résultats laissent penser que la tendance des animaux à copier le comportement de leurs voisins pourrait en fait être responsable de la diminution de la vigilance individuelle avec la taille du groupe chez de nombreuses espèces. Les chercheurs de l'INRA, en collaboration avec le laboratoire " Ecosystem Management " de l'Université de Nouvelle Angleterre en Australie, sont en train de le vérifier pour le kangourou gris, un herbivore très peu apparenté au chevreuil.

Cela vous intéressera aussi