La floraison exceptionnelle d'un Arum titan, ou Pénis de Titan, qui ne dure en général que 72 heures, a débuté samedi au Jardin botanique de Bordeaux, où elle était attendue avec impatience. C'est seulement la quatrième fois que cette fleur gigantesque à l'odeur de putréfaction fleurit en France.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La plus grande fleur du monde est aussi celle qui sent le plus mauvais L’Arum titan, aussi baptisée « phallus de titan », n’est pas seulement la plus grande fleur du monde, c’est aussi celle qui a le parfum le plus nauséabond. En voici un superbe spécimen, planté au Gustavus Adolphus College (Minnesota, États-Unis) et poussant en time-lapse durant cette vidéo.

L'Arum titantitan, Amorphophallus titanum, aussi appelé « PénisPénis de Titan », est une étrange plante découverte à Sumatra au XIXe siècle et qui, depuis, ne cesse d'étonner. Tous les ans, elle produit une unique feuille pouvant dépasser cinq mètres de hauteur et accumule des réserves pour, à un rythme de quelques années, émettre en environ trois semaines une spectaculaire inflorescenceinflorescence, c'est-à-dire un ensemble de fleurs simples, composant une structure énorme qui peut atteindre 2,70 mètres de hauteur. C'est le record pour une inflorescence mais pas pour une fleur simple, lequel est détenu par Rafflesia arnoldii, une rafflésiacée d'un mètre de diamètre pour 7 kilogrammeskilogrammes.

La floraison est un phénomène étonnamment rapide. En trois jours, tout est fini. Mais durant ce temps, la plante ne passe pas inaperçue. La température à l'intérieur de l'inflorescence augmente brutalement, pour atteindre plusieurs dizaines de degrés, tandis qu'une corollecorolle pourpre se déploie. L'odeur se fait alors pestilentielle et rappelle fortement la chair en décomposition, ce qui explique son nom indonésien de « fleur de cadavre ».

Cette fragrance repoussante n'est pas du tout un hasard, tout comme la poussée de chaleurchaleur. L'Arum titan fabrique ainsi un diffuseur de parfum géant attirant certains insectesinsectes qui, justement, se nourrissent de charognes et qui s'occuperont involontairement de la pollinisation. La stratégie est d'ailleurs similaire à celle des rafflésiacées et l'étonnante taille de ces fleurs est comprise comme une solution pour assurer une puissante diffusiondiffusion de l'appâtappât olfactif durant une période brève.

En juillet 2016, au jardin botanique de New York, un Arum titan a fleuri, attirant une foule de visiteurs. © lev radin, Shutterstock

En juillet 2016, au jardin botanique de New York, un Arum titan a fleuri, attirant une foule de visiteurs. © lev radin, Shutterstock

Des floraisons exceptionnelles en France et dans le monde

En ce mois d'août 2016, le Jardin botanique de Bordeaux attendait avec impatience la floraison imminente de son Arum titan qui a finalement débuté samedi. La dernière fois que l'on a vu fleurir cette plante en France, c'était à Nantes, en 2014. Les deux précédentes floraisons d'Arum titan ont eu lieu au Conservatoire botanique de Brest, la première en 2003 et la suivante en 2009.

Ainsi, en juin 2009, à Brest, une inflorescence géante d'Arum titan de deux mètres de hauteur s'est ouverte pour la plus grande joie des spécialistes et des visiteurs. Les botanistesbotanistes du conservatoire surveillaient de près la pousse de leur plante et avaient prévu la floraison entre le 26 et le 28 juin. Un pronosticpronostic excellent puisque la plus célèbre pensionnaire du Conservatoire botaniquebotanique de Brest, arrivée sous forme de graine en 1993 et bichonnée dans une serre à 30 °C, a ouvert son invraisemblable inflorescence le dimanche 28 juin dans l'après-midi. La plante du Conservatoire avait déjà fleuri une fois, en juillet 2003, produisant une inflorescence de plus de 1,50 m, un spectacle qui avait attiré 6.000 personnes.

L'espèceespèce est mal connue et aussi en danger. Sur ses terresterres d'origine, à Sumatra, l'Arum titan se fait en effet de plus en plus rare, menacée surtout par la déforestationdéforestation mais aussi par des cueillettes sauvages car la plante peut se vendre assez cher sur certains marchés asiatiques, selon le Conservatoire de Brest.