Le wombat est un animal surprenant. Il est le seul à fabriquer… des crottes cubiques ! Aujourd’hui, les chercheurs semblent enfin avoir percé son secret. Et ils imaginent même qu’ils pourront s’en servir pour aider à diagnostiquer des cancers ou pour changer notre façon de façonner la matière. 


au sommaire


    Un animal qui fait des crottes cubiques, ça ne peut pas exister ! Et pourtant si. Cet animal, c'est le wombat. Ce drôle de marsupialmarsupial, qui vit dans les forêts des montagnes australiennes, a longtemps intrigué les chercheurs. Jusqu'à il y a quelques mois, lorsqu'ils ont compris qu'il devait cette particularité aux propriétés élastiques variables des parois de ses intestins.

    Aujourd'hui, des chercheurs apportent quelques précisions supplémentaires qui pourraient avoir un impact surprenant sur notre santé et sur notre industrie. Selon eux, tout se joue dans les 17 derniers pourcents des intestins des wombats. Là, les matières fécales circulent lentement, prenant littéralement le temps d'être façonnées en forme de cubes en traversant deux régions rigides et à deux régions plus souples.

    Lorsque les chercheurs parlent de crottes cubiques, ils parlent notamment de crottes présentant des faces aplaties, comme on en distingue sur cette photo. © Andrea Geiss, Adobe Stock
    Lorsque les chercheurs parlent de crottes cubiques, ils parlent notamment de crottes présentant des faces aplaties, comme on en distingue sur cette photo. © Andrea Geiss, Adobe Stock

    Wombat, cancer et industrie

    Les chercheurs ont aujourd'hui tellement bien décrit le phénomène qu'ils sont même parvenus à le reproduire. Ils se demandent cependant toujours pourquoi les wombats ont évolué de cette manière étrange et unique dans le règne animal.

    Mais leurs travaux pourraient éclairer d'autres domaines. Les chercheurs rappellent en effet que l'un des premiers symptômessymptômes du cancer du côlon est qu'une partie de l'intestin se raidit. Ainsi une forme inhabituelle des excréments pourrait constituer un indicateur précoce de la maladie. Et plus largement, la découverte pourrait changer la façon dont l'industrie façonne la matièrematière molle ou les « robots mous ».


    Wombat : le mystère des crottes cubiques enfin résolu !

    Le système digestif et l'anusanus du wombat présentent bien des formes tubulaires tout à fait classiques. Pourtant, l'animal australien fait des crottes cubiques. Un mystère que des chercheurs américains semblent aujourd'hui avoir résolu.

    Article de Nathalie MayerNathalie Mayer paru le 22/11/2018

    Les crottes en forme de cube du wombat résulteraient des propriétés élastiques variables de ses parois intestinales. © pen_ash, Pixabay, CC0 Creative Commons
    Les crottes en forme de cube du wombat résulteraient des propriétés élastiques variables de ses parois intestinales. © pen_ash, Pixabay, CC0 Creative Commons

    Le wombat est animal tout ce qu'il y a de plus mignon de la famille des marsupiaux. Il vit dans les forêts montagneuses d'Australie. Et il est au cœur d'un véritable mystère de la biologie. Car il a tendance à produire des crottes en forme de cube. Un phénomène d'apparence totalement contre nature.

    Mais des chercheurs semblent être enfin parvenus à expliquer cette bizarrerie biologique. Pour cela, ils ont étudié de près les voies digestives et les intestins de wombats (décédés de façon naturelle), sous un angle nouveau. Celui de l'hydrodynamique des fluides. Ils en ont conclu que les propriétés élastiques variables des parois intestinales des wombats leur permettent de transformer les matières fécales liquidesliquides en petits cubes solidessolides à proximité de l'extrémité de l'intestin.

    Chaque jour, le wombat éjecte quelque 100 petits dés d’excréments. © P. Yang et D. Hu, Georgia Tech
    Chaque jour, le wombat éjecte quelque 100 petits dés d’excréments. © P. Yang et D. Hu, Georgia Tech

    Des applications dans l’industrie ?

    Grâce à cette particularité, les wombats peuvent empiler leurs excréments dans des endroits bien en vue et sans craindre qu'ils ne roulent. Ils marquent ainsi leur territoire et communiquent avec leurs congénères par le biais d'odeurs caractéristiques, car ils sont dotés d'une très mauvaise vue.

    Mais, au-delà de satisfaire une certaine curiosité, la découverte des chercheurs du Georgia Institute of Technology (États-Unis) pourrait aussi avoir des applicationsapplications plus... industrielles. En effet, les structures cubiques apparaissent un peu partout autour de nous et nous ne disposons, pour l'heure, que de deux moyens de les produire : par moulage ou par découpe. Le biomimétisme nous aidera peut-être à imaginer une nouvelle façon de fabriquer des cubes à partir de tissus mous...