L’observatoire Gemini North, situé à Hawaï, permet d’observer, avec l'aide de son jumeau Gemini South, situé au Chili, la totalité de la voûte céleste. Équipé d’un télescope de 8,1 mètres de diamètre, il s’agit d’un des observatoires les plus performants du monde. © Joy Pollard, Observatoire Gemini.

Sciences

Astrophysicien

MétierClassé sous :astrophysique , astrophysicien

Tu es du genre à avoir les pieds sur terre et la tête dans les étoiles ?! Cherche donc à percer les mystères de l'Univers et deviens astrophysicien. Ce métier, en perpétuel mouvement, exige observation, recherche et confrontation des résultats avec la communauté scientifique internationale.

Scientifique en recherche fondamentale, l'astrophysicien cherche à comprendre les mécanismes, la formation et l'évolution de l'Univers ainsi que des objets qui le constituent. À l'origine sous-branche de l'astronomie, le métier est de plus en plus confondu avec celui d'astronome. Traditionnellement, l'astronomie consiste à étudier le mouvement et la position des objets célestes, tandis que l'astrophysique considère ses propriétés physico-chimiques. Ces distinctions ne se vérifient plus vraiment aujourd'hui. Pour cela, il prend comme objet d'étude les planètes, les étoiles, le Système solaire, les galaxies, les trous noirs, les nébuleuses, la matière noire, etc., et s'intéresse à leur formation, à leur position dans l'espace ou encore à leur composition. Pour étudier ces phénomènes, il utilise notamment de nombreux instruments de mesure  perfectionnés tels les télescopes, les satellites ou encore les sondes spatiales, et fait appel à des modèles informatiques afin de simuler et interpréter les résultats de ses observations. L'astrophysicien peut se spécialiser aussi bien sur une discipline ou un objet d'étude que sur une technique de travail. De nombreuses spécialités existent en effet en astrophysique : les étoiles, les galaxies, les planètes, la matière noire, la physique solaire, l'astrochimie, l'astrobiologie, la cosmologie, sont autant de domaines d'étude possibles.

D'un point de vue professionnel, l'astrophysicien peut s'orienter vers trois spécialisations : l'observation, la théorie et l'instrumentalisation.
S'il se consacre à l'observation, l'astrophysicien cherchera à récolter, étudier et interpréter les données recueillies par le biais de ses observations. Il va ainsi chercher à tester, confirmer ou déterminer de nouvelles théories. L'astrophysicien rédige et publie ensuite des articles scientifiques afin de partager ses découvertes avec les experts du monde entier.
S'il se consacre à la théorie, l'astrophysicien va se concentrer sur le développement de modèles théoriques afin d'expliquer la formation, le mouvement et les propriétés des astres. Ils regardent ensuite si ces modèles collent aux observations. 
S'il travaille comme ingénieur instrumentaliste, l'astrophysicien doit alors concevoir ou faire progresser d'un point de vue technologique les instruments d'observation et de  mesure astronomiques tels que les télescopes ou ceux présents à bord de missions spatiales.

Les principales compétences et qualités à avoir


L'astrophysicien est polyvalent et doit faire preuve de multiples compétences et qualités :

  • maîtriser les outils informatiques et les instruments de mesure ;
  • avoir des connaissances pluridisciplinaires en physique, mathématiques, chimie et informatique ;
  • maîtriser l'analyse statistique ;
  • savoir analyser, modéliser et interpréter les données des observations ;
  • maîtriser l'anglais oral et écrit ;
  • rédiger et publier ses résultats de recherches ;
  • participer à des colloques internationaux ;
  • savoir travailler en équipe ;
  • faire une veille scientifique et technologique ;
  • être rigoureux, organisé, passionné et avoir le sens de l'observation.
L’astrophysicien utilise des télescopes et des instruments ultra-puissants pour observer les astres et les plus grandes structures de l'univers. © F. Kamphues, ESO

 Les conditions de travail

L'astrophysicien partage son temps de travail entre observation et analyse en laboratoire. Il peut être amené à se déplacer régulièrement et loin de son lieu d'habitation, avec des horaires très étendus. Il participe également à de nombreux colloques internationaux afin de partager et de prendre connaissances de nouvelles découvertes avec les astrophysiciens du monde entier. Il peut exercer dans le secteur public, dans un observatoire ou dans certaines grandes entreprises privées du secteur spatial.

 Comment devenir astrophysicien ?


Un bac + 8 est exigé pour pouvoir devenir astrophysicien. Voici quelques formations possibles :

  • Master Physique fondamentale et sciences pour l'ingénieur, spécialité Astronomie, astrophysique, ingénierie spatiale ;
  • Master Physique fondamentale et sciences pour l'ingénieur, spécialité Dynamique des systèmes gravitationnels ;
  • Master Astronomie, astrophysique et ingénierie spatiale ;
  • Doctorat en astrophysique.

 Le salaire d’un astrophysicien


Son salaire va dépendre de son lieu d'exercice, en fonction du secteur public et du privé. En moyenne, voici les salaires d'un astrophysicien en fonction de son statut :

  • En moyenne, un astrophysicien débutant gagne entre 1500 et 1900 euros bruts par mois.
  • En tant que maître de conférences, un astrophysicien gagne entre 2100 et 2500 euros bruts par mois.
  • En tant que professeur des universités sa rémunération est comprise entre 3200 et 6600 euros bruts par mois.
  • En tant que chargé de recherche au CNRS, l'astrophysicien gagne entre 1900 et 4200 euros bruts mensuels du début à la fin de sa carrière.
  • En tant que directeur de recherche, il perçoit une rémunération comprise entre 3200 et 7400 euros bruts par mois.
  • Dans le secteur privé, le salaire moyen se situe autour des 2700 euros bruts par mois mais peut atteindre les 6000 euros bruts mensuels selon le poste occupé et l'ancienneté.

 Les perspectives d’évolution d’un astrophysicien


Selon son poste de départ, un astrophysicien pourra évoluer vers des postes de professeur des universités ou de directeur de recherche.
 

Entreprises qui emploient des astrophysiciens 

 

  • CNRS ;

  • observatoire en France et à l'étranger ;

  • universités ;

  • CNES ;

  • Agence spatiale européenne.
     

Maman, si je te dis Stephen Hawking ou Hubert Reeves, ça te dit quelque chose non ? Mon métier consiste à observer et étudier l'Univers à l'aide de supers télescopes ! Je cherche à comprendre ses mécanismes et à savoir comment celui-ci s'est formé et comment il évolue. Je travaille souvent dans un laboratoire ou un institut où j'utilise de puissants ordinateurs afin d'analyser les données récoltées par les observatoires au sol ou par les satellites. Un bon moyen de monter au septième ciel et d'avoir des étoiles pleins les yeux !