La technologie « cool roof » utilise des revêtements aux propriétés hautement réflectives. De couleur claire, ceux-ci limitent la surchauffe des toitures en renvoyant vers l’atmosphère une grande partie du rayonnement solaire.

Cela vous intéressera aussi

Concept états-unien, le « cool roof » (littéralement toit froid) s'applique à tout type de bâtiment : commercial, industriel, résidentiel... Ce procédé offre de multiples avantages. Il permet, notamment, d'améliorer les conditions de vie des citadins en combattant les effets d'îlots de chaleurchaleur urbains. Un toit frais réduit l'usage de la climatisation en été et, donc, la demande en énergieénergie liée à ce type d'équipement. Ce qui entraîne du même coup une diminution des émissionsémissions polluantes. Le cool roof contribue aussi à préserver l'étanchéité de la toiture et à prolonger sa durée de vie.

Image du site Futura Sciences

En réduisant l’échauffement de la toiture, le cool roof abaisse la température intérieure. © Nouryon Expancel

Deux grandes familles de produits « cool roof »

Le cool roof existe sous forme de membranes ou de peintures thermiques. De composition multicouche, les membranes sont à base de PVCPVC ou de bitumebitume élastomère. Elles sont renforcées par une armaturearmature polyester protégée par une laque ou un film thermo-fusible, aux propriétés réflectives. Les peintures sont inspirées des recherches de la NasaNasa.

Ces revêtements sont capables de renvoyer dans l'atmosphèreatmosphère jusqu'à 95 % du rayonnement solairerayonnement solaire. Leur efficacité s'évalue à l'aune de leur indice SRI (Solar Reflective Index ou Indice de Réflectance Solaire). Plus il est élevé, plus le cool roof est performant. Le choix de la couleur n'est pas le fruit du hasard. Il se réfère aux vertus rafraîchissantes des toitures blanchies à la chauxchaux des maisons grecques. À l'inverse, plus une toiture est sombre, plus elle absorbe l'énergie solaire et a tendance à surchauffer l'air intérieur.

Image du site Futura Sciences

Les peintures réfléchissantes s’appliquent manuellement ou par pulvérisation sur membrane d’étanchéité (toit-terrasse…) ou sur différents matériaux de couverture, préalablement nettoyés. © Quickwall