Profiter d'un puits pour arroser les végétaux, laver un véhicule... permet de réduire la facture d'eau de ville. La solution « taper un puits » permet d'accéder à une nappe phréatique ou une veine d'eau située à une profondeur de sept mètres sans avoir recours aux équipements de forage. © Sezer66, Adobe Stock
Maison

Une solution économique et durable pour profiter d’un puits dans le jardin

ActualitéClassé sous :Maison , jardin , puits

-

Au prix du mètre cube, utiliser de l'eau potable pour arroser le jardin, nettoyer une terrasse ou encore laver un véhicule est un non-sens... Pour économiser un bien aussi précieux que l'eau, Boutté propose une alternative aux forages classiques. Une solution durable et économique.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Un incroyable procédé pour transporter de l'eau douce par voie maritime  Certaines régions de notre planète disposent de beaucoup d’eau douce alors que d’autres en manquent. Pour pallier ce problème, des chercheurs espagnols ont développé une étrange solution : une poche permettant de transporter facilement et efficacement de l’eau par voie maritime. Découvrez-la grâce à la chaîne Euronews, dans ce nouvel épisode de Futuris. 

Pour profiter d'une réserve d’eau pour le jardin il est toujours possible d'installer un ou plusieurs récupérateurs d’eau de pluie. Toutefois, ces réserves d’eau restent limitées par leur volume. Pour profiter d'une eau gratuite et abondante, Boutté propose le concept « taper un puits ». Ce dernier se compose d'une pointe à frapper percée, de rallonges, de manchons et d'une tête de frappe. Des éléments en acier galvanisé qui permettent à la fois de forer un puits et de servir de canalisation. Une conception qui permet de s'affranchir des équipements hydrauliques ou pneumatiques traditionnellement utilisés pour réaliser un forage.

Déterminer la présence d'eau dans son jardin

Avant d'entreprendre la mise en œuvre, il est nécessaire de localiser la présence d'une nappe phréatique ou d'une veine d'eau dans votre terrain, puis d'en déterminer les caractéristiques (profondeur de forage, débit...). Pour y parvenir, plusieurs solutions s'offrent à vous :

  • contacter un hydrologue via un cabinet de géologie ;
  • faire appel à un sourcier : méthode traditionnelle et hasardeuse, il est conseillé de vous renseigner auprès de votre voisinage pour trouver la bonne personne ;
  • consulter la base de données nationale BSS-EAU. Cette dernière donne les informations portant sur les points d'eau et données sur les eaux souterraines associées. À vous d'interpréter les informations...
Le principe de « taper un puits » est des plus simple. Une pointe à frapper (A) est enfoncée dans le sol à la masse à l'aide d'une tête à frapper (B). Selon la profondeur du puits, une ou plusieurs rallonges (C) sont reliées à l'aide de manchon (D). L'étanchéité entre les éléments est assurée par de la filasse. © Boutté

Une mise en œuvre musclée

Une fois la nappe ou la veine d'eau localisée, vous pouvez installer la pointe à frapper. D'une longueur de 1,21 mètre et doté d'une pointe hexagonale, cet élément s'enfonce à coups de masse dans le sol jusqu'à la nappe phréatique ou la veine d'eau. Pour atteindre la profondeur souhaitée il suffit de visser une ou plusieurs rallonges à l'aide de manchons. Une opération simple sur le papier mais qui s'avère physique. Pour mener à bien cette opération, il est nécessaire de :

  • vérifier régulièrement l'aplomb de la pointe à frapper ;
  • taper modérément avec une masse ou un pilon bélier pour éviter tout risque de casse de la tête de frappe.
Pour enfoncer la pointe à frapper dans le sol, il faut au préalable l'équiper avec la tête de frappe. Si le travail est physique, il ne sert à rien de frapper comme une brute pour ne pas endommager voire casser les éléments en acier galvanisé. © Boutté

Une pompe en fonction des besoins en eau

Pour utiliser l'eau captée par la pointe à frapper, il est nécessaire de raccorder en sortie une pompe de surface via un filtre anti-sable et un clapet anti-retour. Choisissez cette dernière en fonction de :

  • votre consommation journalière (exprimée en m3 ou l/min) ;
  • la hauteur manométrique totale (HMT). Celle-ci correspond à la somme du dénivelé, de la pression utile et de la perte de charge.

Une déclaration obligatoire à déposer en mairie

L’eau étant un bien précieux, hors de question de faire n'importe quoi et n'importe comment. Quelle que soit la profondeur du puits, avant de prélever de l'eau souterraine, il est impératif d'établir en mairie une déclaration d’ouvrage un mois avant le début des travaux et de joindre un extrait du cadastre (à défaut un plan au 1/25000) localisant le point de prélèvement. Notez que l'utilisation de l'eau en provenance d'un puits à des fins humaines doit être analysée par un laboratoire agréé. Les résultats doivent ensuite être envoyés avec le dossier initial.

Comme l'eau de pluie, l'eau en provenance d'un puits peut être utilisée dans la maison pour alimenter un lave-linge, les toilettes... à condition que ces équipements soient raccordés à un réseau d'alimentation séparé de celui de l'eau de ville. Une obligation pour éviter tous risques de contamination de l’eau potable.

  • L’installation de ce type de forage s’effectue dans un terrain meuble et éloigné de la maison.
  • L’eau prélevée est à destination d’un usage exclusivement domestique.
  • Cette solution est limitée à une profondeur de sept mètres.
  • Au-delà de 10 mètres de profondeur, il est obligatoire de déclarer le forage auprès de la direction régionale de l’environnement (DREAL).
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !