En cas d’alerte risque industriel, quelques consignes de base sont à respecter. © Nichizhenova Elena, Fotolia

Tech

Risque industriel : que faire en cas d’alerte ?

Question/RéponseClassé sous :technologie , risque industriel , activité industrielle

Même si tout est mis en œuvre pour l'éviter, aucun site industriel n'est jamais à l'abri d'un accident. Dans ce cas, l'alerte est rapidement donnée et les services de secours, tout comme la population, doivent suivre les consignes qui leur ont été communiquées en amont.

Si vous travaillez ou si vous vivez à l'intérieur de ce que les spécialistes appellent le périmètre du plan particulier d'intervention (PPI) d'un site présentant un risque industriel, vous devez être informés de la conduite à tenir en cas d'alerte.

C'est sur la base du scénario d'accident le plus grave révélé par l'étude de danger, réalisée obligatoirement par l'industriel sur son site, qu'est défini le PPI. Il établit l'organisation des secours, les méthodes d'intervention, les mesures prévues pour la protection de la population, ainsi que le périmètre dans lequel elles s'appliquent. En cas d'accident, c'est le préfet qui est responsable du déclenchement du PPI. Mais en amont, c'est l'industriel qui est en charge de la communication aux populations de la conduite à tenir en cas d'alerte.

Ainsi, la première recommandation à donner est d'être attentif aux informations publiées par l'industriel. Gardez toujours à portée de main -- sur votre frigo, grâce à un magnet --, la brochure diffusée à cet effet. Et mémorisez les principaux bons réflexes à adopter. Vous pouvez même envisager de répéter la procédure à suivre.

L’alerte est généralement donnée par une sirène, mais elle peut aussi prendre la forme de messages vocaux diffusés par des haut-parleurs. © KHBlack, Fotolia

Les moyens d’alerte

Lorsque survient un accident, une sirène d'alerte est déclenchée. Le signal est le même, partout en France. Un son modulé, montant, puis descendant et qui se répète trois fois. Il prévient la population d'un danger imminent et vous invite à prendre sans attendre toutes les mesures de protection qui vous ont été préalablement indiquées.

D'autres moyens d'alerte peuvent être mobilisés. Ainsi, les affichages sur des panneaux à messages variables ou des annonces diffusées à l'aide de haut-parleurs. Plus récemment, des industriels se sont mis à recourir à des envois automatiques de SMS. Un système qui peut informer plusieurs dizaines de milliers de personnes en quelques minutes. Mais qui nécessite une base de données toujours à jour.

Notez que les consignes de sécurité doivent être maintenues jusqu'au signal de fin d'alerte, donné lui aussi par le biais d'une sirène ou de l'un des autres moyens déjà cités.

Laissez aux services de secours toutes les latitudes pour intervenir dans les meilleures conditions. © pattilabelle, Fotolia

Les bons réflexes en cas d’alerte

La première chose à faire en cas d'alerte accident industriel est de trouver refuge dans un bâtiment. Si vous le pouvez, rentrez vos animaux de compagnie. Fermez portes et fenêtres -- y compris volets, si possible --, bouchez les aérations et arrêtez ventilation, climatisation et même chauffage. Ensuite, attendez de préférence la fin de l'alerte dans une pièce aveugle. Si vous ressentez tout de même une gêne respiratoire, placez un linge humide sur votre nez pour respirer au travers.

Pour rester informé de l'évolution de la situation, écoutez la télé ou la radio. Suivez aussi scrupuleusement les consignes diffusées par les sites internet et les comptes de réseaux sociaux officiels de votre mairie, de l'exploitant ou de la préfecture.

Parmi les choses à éviter, même si elles sont tentantes en situation de crise : aller chercher vos enfants à l'école et passer des appels téléphoniques. Concernant le premier cas, les enseignants sont formés pour les mettre en sécurité. Et en circulant dans les rues, vous pourriez, outre le fait de vous mettre en danger, gêner les secours. Quant aux réseaux téléphoniques, mieux vaut, là aussi, les laisser disponibles aux services de secours. Bien entendu, il est aussi déconseillé de fumer et d'allumer des appareils électriques afin d'éviter les risques d’explosion mais de les éteindre.

En cas d’évacuation

La procédure d'évacuation se limite à quelques cas bien précis et elle ne peut être ordonnée que par le préfet. Dans ce cas, rassemblez vos papiers, vos médicaments et votre argent dans un sac. Coupez gaz, eau et électricité. Fermez volets et fenêtres, puis quittez votre domicile en fermant bien la porte derrière vous. Rendez-vous alors vers le lieu de rassemblement -- vos enfants seront évacués séparément et vous seront rendus une fois le danger éloigné -- et dès lors, suivez à la lettre les consignes des autorités.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi