Des panneaux solaires équipés de générateurs thermoélectriques peuvent produire de l’électricité la nuit. © Scanrail, Adobe Stock
Tech

Voici le premier panneau solaire qui peut produire de l'électricité la nuit

ActualitéClassé sous :technologie , énergie renouvelable , énergie solaire

Des chercheurs ont réussi à modifier des panneaux solaires pour générer de l'électricité la nuit. Bien que la production soit plus faible, elle permettrait à des sites isolés d'utiliser des équipements basse consommation sans dépendre de batteries.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'énergie solaire pourrait-elle être la principale source d'énergie ?  En 2014, la part du solaire photovoltaïque dans le mix électrique français ne dépassait pas les 1,3 % (chiffre France Territoire Solaire). Comment alors l'énergie solaire pourrait-elle devenir notre principale source d'énergie ? Marion Perrin, docteur en électrochimie, partage avec nous son point de vue sur la question. 

Les panneaux solaires constituent l'une des principales sources d'énergies renouvelables. Leur plus grand défaut est de ne pas produire de courant la nuit. Le plus souvent, cette production est mélangée à d'autres sources qui compensent cette faiblesse, mais ce n'est pas toujours possible pour les installations qui ne sont pas connectées au réseau électrique. Les lieux isolés doivent alors s'appuyer sur des batteries chargées en journée, qui coûtent cher et ont une durée de vie limitée.

Des chercheurs de l'université de Stanford ont souhaité résoudre ce problème en créant des panneaux solaires qui produisent de l'électricité la nuit. Dans un article publié dans la revue Applied Physics Letters, ils décrivent leur prototype constitué d'un panneau solaire standard auquel ils ont ajouté un générateur thermoélectrique.

Une production nocturne pour les sites isolés

Pendant une nuit sans nuages, le panneau solaire évacue sa chaleur directement vers l'espace, un phénomène qui le rend légèrement plus froid que l'air ambiant. Le générateur thermoélectrique utilise cette différence de température pour produire du courant. Cette technique ne génère que 50 milliwatts de courant par mètre carré, une quantité qui peut paraître dérisoire. Toutefois, une installation classique sur une maison de 20  m² produirait déjà un watt la nuit.

Les chercheurs pensent pouvoir doubler le rendement avec quelques modifications, et estiment que le rendement théorique maximal pourrait atteindre un ou deux watts par mètre carré. Leur invention permettrait à des installations isolées de se passer de batteries et produire suffisamment d'énergie pour charger un smartphone ou alimenter un éclairage LED basse consommation.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !