La loi française évolue et les fabricants de smartphone ne seront plus obligés de proposer des écouteurs dans la boîte de leurs produits. Une décision liée à la défense de l'environnement et au gaspillage de produits électroniques.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Nos smartphones tuent-ils les insectes ? Les insectes sont gravement menacés par les pesticides, l’urbanisation et l’agriculture intensive. Mais les ondes des téléphones portables pourraient aussi leur être nuisibles.

Il y a un an, Apple provoquait la grogne en lançant son iPhone 12 sans écouteurs, ni chargeur. Sauf en France car une loi de 2010 oblige les fabricants de smartphones à fournir un kit mains-libres dans les boîtes. Une directive liée à la santé puisque depuis onze ans, la France interdit la vente de smartphones qui ne sont pas « commercialisés sans un accessoire permettant de limiter l'exposition de la tête aux émissionsémissions radioélectriques lors des communications. »

Sauf que Frandroid rapporte que cette obligation va prendre fin puisque le nouveau texte de loi, voté par le Parlement, « supprime en effet cette obligation de fournir des écouteurs lors de la vente de téléphones portables ». Pourquoi ? Essentiellement pour des raisons environnementales si l'on en croit la réponse apportée par Patrick Chaize, le sénateur à l'origine de la modification du texte.

Chaque année, ce sont plus de 20 millions d'écouteurs qui sont vendus avec des smartphones en France, et beaucoup finissent à la poubelle ou dans un tiroir. © Jeff Klugiewicz, Pixabay
Chaque année, ce sont plus de 20 millions d'écouteurs qui sont vendus avec des smartphones en France, et beaucoup finissent à la poubelle ou dans un tiroir. © Jeff Klugiewicz, Pixabay

L'environnement est la priorité

« Les écouteurs filaires, fournis de manière systématique avec les smartphones, constituent une source importante de gaspillage, alors même que le marché des écouteurs et systèmes d'écoute de meilleure qualité, filaires ou sans fil, est en expansion. » Du même coup, « l'argument sanitaire ne saurait justifier cette source de gaspillage » puisque « les instances d'expertise internationale, comme l'Organisation internationale de la santé (OMSOMS) ont jusqu'à présent réfuté l'existence d'un lien de cause à effet établi entre une exposition aux champs électromagnétiqueschamps électromagnétiques produits par les téléphones et des pathologiespathologies chroniques. »

En somme, la loi de 2010 s'appuyait essentiellement sur le risque possible de pathologies liées à la présence d’un smartphone près de l’oreille, et donc du cerveaucerveau, et l'absence d'études poussées sur cette nocivité n'oblige plus la France à exiger la présence d'un kit mains-libres, et donc d'écouteurs, dans la boîte. Ce qui n'empêchera pas les fabricants d'en inclure, et certains pourraient même en faire un argument de vente...