Handle ressemble au robot humanoïde Atlas de Boston Dynamics. © Boston Dynamics

Tech

Le robot magasinier Handle prêt à remplacer les humains

ActualitéClassé sous :robotique , robot handle , Atlas Boston Dynamics

Boston Dynamics continue de faire évoluer son robot Handle, et le voilà capable de se mouvoir dans des entrepôts pour déplacer et ranger des cartons.

On a l'impression que Handle joue à un Tetris géant, mais ce robot ne s'amuse pas. Tout droit sorti de l'imagination des ingénieurs de Boston Dynamics, ce robot est plutôt un spécialiste du rangement et de la manutention.

Il n'a pas des allures de canidés mais d'un volatile ou d'un dinosaure avec des roues pour se déplacer et un bras muni de ventouses pour attraper des cartons, les transporter et enfin les ranger. C'est ce bras qui est nouveau puisque ce robot a déjà deux ans, et que régulièrement Boston Dynamics l'améliore.

Le rêve d'Amazon ?

Au départ, il avait des allures de centaure, et on vantait sa souplesse et son agilité. Aujourd'hui, on passe aux choses sérieuses avec une capacité à transporter des colis jusqu'à 15 kg, et un bras qui lui permet de travailler sur des palettes d'une profondeur de 1,2 mètre, avec des colis à une hauteur de 1,7 mètre.

Le tout à une vitesse d'environ 15 km/h avec une autonomie de 25 minutes. Sa souplesse reste la même avec un système de bascule de l'avant vers l'arrière, et des roues qui lui permettent de prendre des virages à haute vitesse. Comme on peut le voir sur les images, des QR codes sont placés en bas de chaque palette pour que Handle se repère et identifie les colis, et on constate aussi que plusieurs robots peuvent travailler en simultané. De quoi donner des idées à des entreprises, et pourquoi pas à des sites marchands pour placer des commandes.

Pour en savoir plus

Les incroyables prouesses techniques de ce robot sur deux roues

Boston Dynamics (Google) a dévoilé un prototype de robot de type humanoïde monté sur deux roues auto stabilisées qui fait preuve d'une agilité étonnante. Nommé Handle, l'engin serait capable de transporter de lourdes charges.

Publié le 02/02/2017 par Marc Zaffagni

Boston Dynamics, l'une des filiales spécialisées en robotique d'Alphabet, la maison-mère de Google, n'est décidément pas à court d'idées. Après Atlas, le robot humanoïde doté d'un sens de l'équilibre à toute épreuve, Spot le robot chien et son petit frère SpotMini, l'entreprise vient de dévoiler un nouveau prototype des plus étonnants.

Lors d'une présentation à huis clos organisée pour des investisseurs, Marc Raibert, le fondateur de Boston Dynamics, a présenté une vidéo montrant un robot bipède prénommé Handle (dans la vidéo ci-dessous, il apparaît 3 min 43 s). On peut le décrire comme une version hybride d'Atlas qui reprend le tronc et les bras du robot humanoïde, le tout posé sur des jambes articulées elles-mêmes montées sur deux roues motorisées.

En 3 min 43 s, Marc Raibert, le fondateur de Boston Dynamics, dévoile un nouveau robot bipède sur deux roues doté d’un système de stabilisation gyroscopique. © Steve Jurvetson, YouTube

Le robot Handle pourrait faire de la manutention

Handle (de l'anglais to handle : manœuvrer, manipuler), dont le nom suggère sa capacité à transporter des charges lourdes, est doté d'un système de stabilisation gyroscopique similaire à celui du Segway. On peut découvrir son agilité étonnante, sa capacité à tourner sur lui-même tel un derviche, à prendre des virages en penchant son train roulant articulé ou encore à sauter par-dessus un muret lancé à pleine vitesse.

D'après le commentaire de Marc Raibert que l'on entend sur la vidéo, l'idée est d'avoir un robot de forme humanoïde beaucoup plus performant qu'une version dotée de jambes et de pieds, qui soit moins onéreux à fabriquer. Un robot comme Handle pourrait par exemple jouer les manutentionnaires dans un entrepôt.

Reste que, comme avec tous les robots qu'a développés Boston Dynamics jusqu'ici, on ignore quel sera le devenir commercial de cet engin. Rappelons qu'Alphabet a décidé de revendre cette filiale acquise il y a bientôt 3 ans, vraisemblablement en raison du peu de débouchés rentabilisables à court terme.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi