Désormais pourvue d'une puce GPS, la PowerWatch 2 présentée au salon CES à Las Vegas propose les fonctions habituelles d'une montre connectée pour sportifs. Sauf que Matrix est le seul fabricant à proposer un modèle qui se recharge pendant l'effort, et ne nécessite aucune alimentation externe.

Cela vous intéressera aussi

C'est le gros défaut des montres connectées qui disposent d'une puce GPS : il faut les brancher régulièrement au secteur car leur autonomieautonomie ne dépasse pas quelques jours en raison de l'énergieénergie électrique consommée pour la géolocalisation en temps réel. Quand le GPSGPS est activé, certaines s'éteignent même au bout de quelques heures... Compliqué alors d'envisager une épreuve sportive ou de loisirs de plusieurs heures, voire plusieurs jours, à vélo ou à pied sans pouvoir la recharger. Fort de ce constat, Matrix a dévoilé au CES 2019 la PowerWatch 2, la dernière version de sa montre cardiofréquencemètre qui se recharge à l'énergie solaire mais aussi grâce à la chaleurchaleur générée par le corps. Pour cela, elle est dotée d'un capteurcapteur thermoélectrique, et de minicapteurs solaires astucieusement placés autour du hublot de la montre.

Présentée l'année dernière comme un prototype, cette nouvelle version de la montre Matrix a perdu 8 mm en épaisseur, tout en gagnant une puce GPS. Mais il faudra attendre la fin de l'année pour la voir dans le commerce à un tarif estimé à environ 500 dollars (460 euros). D'ici là, le fabricant mise sur le crowdfunding avec une version vendue seulement 200 dollars (174 € au cours actuel) sur Indiegogo. C'est le prix d'un bon cardiofréquencemètre, et à ce tarif, on a tout de même les notifications en provenance d'un smartphonesmartphone, et une compatibilitécompatibilité avec les applicationsapplications Apple HealthKit et GoogleGoogle Fit, ainsi que la plupart des applications de fitnessfitness et de course à pied.

De prime abord, cette montre connectée ressemble à ce qui se fait déjà de mieux sur le marché. Sauf qu'elle se recharge avec le soleil et la chaleur du corps. © Matrix Industries

Bientôt l'énergie cinétique ?

Grâce à un capteur situé sous la montre, ce modèle enregistre la fréquence cardiaque et elle est aussi capable de mesurer les caloriescalories brûlées. Autant dire qu'elle n'a rien à envier aux modèles actuels. De plus, elle n'a pas besoin d'être rechargée. Et quand la batterie est pleine, et que l'on ne fait pas d'activité, elle se met en veille...

Pour son concepteur, il sera sans doute possible de trouver un troisième moyen de la recharger sans prise de courant. Comment ? En utilisant l'énergie cinétique, et en transformant les mouvementsmouvements du corps en énergie. Plus on bouge, plus on recharge la montre. Ce sera peut-être au menu du CES 2020.


Cette montre connectée se recharge avec la chaleur du corps

Article de Marc ZaffagniMarc Zaffagni publié le 23/11/2016

La Matrix PowerWatch est une montre connectéemontre connectée dotée d'un capteur thermoélectrique qui permet de l'alimenter uniquement avec la chaleur corporelle. Plus besoin de chargeur de batterie ! Cette belle promesse verra-t-elle le jour ?

Outre le fait qu'elles ont encore du mal à justifier d'une réelle utilité aux yeuxyeux des consommateurs, les montres connectées souffrent d'un défaut majeur : l'autonomie. La plupart des modèles haut de gamme les plus populaires tels que l'Apple Watch, la MotoMoto 360 de Motorola ou la Galaxy S2 de Samsung ne tiennent guère plus de deux jours sans devoir être rechargées.

Matrix Industries, une jeune pousse installée en Californie (États-Unis), veut répondre à cette problématique avec un concept simple. Sa montre connectée baptisée PowerWatch utilise l'effet thermoélectrique Seebeck connu depuis le dix-neuvième siècle. Autrement dit, cette tocante électronique connectée en BluetoothBluetooth 4.0 LE avec les smartphones AndroidAndroid ou iOSiOS est alimentée à partir de la chaleur dégagée par notre corps.

La PowerWatch utilise un écran noir et blanc de 1,2 pouce qui affiche l'heure, les calories dépensées, le nombre de pas effectués ainsi que la quantité d'énergie thermoélectrique produite. Elle suit également la qualité du sommeilsommeil et elle est étanche jusqu'à 50 mètres de profondeur. Matrix met en avant la précision du calcul des calories qui découle directement du système thermoélectrique, la calorie étant en effet une unité de mesure thermique.

La montre est équipée d'une batterie de 200 mAh qui est censée pouvoir durer deux ans si elle n'est pas portée. Lorsque l'utilisateur la retire de son poignet, elle se met en veille mais continue à suivre l'heure et à sauvegarder les données qu'elle a collectées dans sa mémoire interne. Dès qu'elle est en contact avec la peau et capte la chaleur du corps, elle se réactive.

La montre connectée PowerWatch affiche les calories consommées ainsi que la quantité d’énergie thermoélectrique produite. L’interface peut être personnalisée avec différents cadrans numériques. © Matrix Industries
La montre connectée PowerWatch affiche les calories consommées ainsi que la quantité d’énergie thermoélectrique produite. L’interface peut être personnalisée avec différents cadrans numériques. © Matrix Industries

La Matrix PowerWatch n’est pas une Apple Watch

L'un des secrets de cette performance énergétique tient au microcontrôleur ApolloApollo d'Ambiq Micro qui est très peu gourmand (35µA/MHz en activité selon les données fournies sur le site du constructeur). L'autre clé de cette sobriété est en revanche moins avantageuse. Cette montre connectée ne propose que des fonctionnalités basiques : pas de GPS, pas de notifications émises par le smartphone ni de capteur de rythme cardiaque.

Le point très positif est que cette simplicité se traduit par un prix très abordable pour ce type de produit : 170 dollars (environ 157 euros au cours actuel). La PowerWatch n'est pas encore disponible. Matrix Industries vient de lancer une campagne de financement via la plateforme Indiegogo. Plus de 136.000 dollars ont été récoltés sur un objectif de 100.000 dollars. Reste à voir si la start-upstart-up mènera son projet à terme. Les premiers exemplaires sont annoncés pour juillet prochain et la commercialisation est censée débuter en octobre. Rendez-vous est pris !