Les acteurs du numérique responsable se mobilisent pour que chaque utilisateur du Web contribue à réduire les effets des gaz à effet de serre. © Monet, Adobe Stock
Tech

Sobriété numérique : analyser et optimiser son impact utilisateur

ActualitéClassé sous :Internet , Numérique , impact sur l’environnement

-

Chaque octet a un impact dans le monde réel. À tel point que plusieurs acteurs militent en faveur de l'analyse d'impact et l'écoconception logicielle, et ainsi concilier économie et écologie.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Quelle taille fait internet ? La réponse en images  Représentation à l'échelle de l'espace qu'occuperaient les octets si chacun d'eux mesurait 1 mm cube. © MetaBallStudios 

La sobriété numérique, vaste sujet qui a pourtant des impacts majeurs dans le contexte actuel de lutte contre le réchauffement climatique et de préservation des ressources naturelles. Selon GreenIT.fr, la communauté des acteurs du numérique responsable, 23 millions de gigaoctets de données inutiles sont téléchargées chaque mois par les internautes pour afficher des sites Web mal conçus, soit cinq millions d'heures d'attente inutiles ! La notion d'obésiciel (contraction d'« obèse » et « logiciel ») prend alors là tout son sens.

Les impacts sont bien entendu écologiques : en compilant le code PHP de son site en C++, Facebook a ainsi réduit de moitié le nombre de serveurs nécessaires à son fonctionnement et émet deux fois moins de gaz à effet de serre qu'auparavant. Mais il s'agit là aussi de réaliser de substantielles économies en évitant un surdimensionnement de l'infrastructure physique (serveurs, routeurs, etc.), dont l'empreinte écologique et le coût sont faramineux. Sur ce sujet, toute entreprise est concernée.

Comment l'empreinte écologique d'un serveur pourrait être réduite. © Seventyfour, Adobe Stock

Analyser son impact environnemental

C'est pourquoi le collectif a développé GreenIT-Analysis, une extension pour navigateur qui vous permet de quantifier les impacts environnementaux d'un parcours utilisateur complet. Elle est disponible sur Chrome Web Store et une version simplifiée existe pour Firefox sous le nom ecoindex. Elle permet d'analyser une page Web et vous fournir son empreinte environnementale (gaz à effet de serre et eau), sa performance environnementale (sur une échelle de A à G) mais aussi des bonnes pratiques à mettre en œuvre.

L'extension s'adresse plutôt aux profils techniques, notamment les développeurs. Ils peuvent ainsi valider immédiatement les impacts évités par la mise en œuvre d'une bonne pratique. « Plus on intervient tôt, c'est-à-dire lors de l'expression du besoin, de la conception fonctionnelle et technique, et du maquettage, plus l'effet de levier est fort en matière de réduction de l'empreinte environnementale, souligne le collectif, avant de préciser par exemple que Microsoft a démontré que, du fait d'importants effets de seuil technique, l'affichage de 20 % d'éléments en moins dans la page de résultat de son moteur Bing pouvait réduire jusqu'à 80 % la charge de ses serveurs ».

Optimiser ses services numériques

Une fois l'impact analysé, à vous d'optimiser vos services numériques à architecture Web : site Web, API, etc. Pour cela, GreenIT et le collectif Conception numérique responsable proposent plusieurs outils d’écoconception de services numériques, sous licence open source ou Creative Commons, gratuits et respectueux de votre vie privée. Parmi eux, un référentiel de 115 bonnes pratiques pour le Web, simples à mettre en œuvre dans une logique d'efficience. Efficience et non efficacité, car l'ambition est de dépenser le moins possible de ressources pour atteindre un objectif. D'ailleurs la démarche respecte l'esprit du standard ISO 14062 sur l'intégration des aspects environnementaux dans le développement d'un produit.

Dans le même esprit, vous pouvez rejoindre les entreprises pilotes de NégaOctet pour expérimenter un référentiel d’impact de vos solutions numériques et d'identifier des leviers d'action. Si le sujet vous intéresse, vous pouvez aussi suivre le projet « Lean ICT » du Shift et ses nombreuses publications sur les pratiques et actions permettant de limiter les impacts environnementaux directs et indirects du numérique. Enfin l'association des Designers Éthiques a publié un guide de bonnes pratiques de design pour réaliser des services numériques à l'empreinte environnementale réduite. Accessibilité, économie de l'attention et diversité sont abordées à tous les niveaux de la conception, que ce soit au niveau du développement, de la conception graphique ou encore du contenu éditorial.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !