Tech

Smartphones : des filtres pour cacher son écran des regards indiscrets

ActualitéClassé sous :informatique , technologie , espionnage

-

Il est difficile de ne pas être attiré par la luminosité d'un écran d'ordinateur portable ou d'un smartphone... Alors pour éviter la curiosité naturelle des personnes nous entourant, les fabricants développent des filtres réduisant l'angle de vision des écrans, pour que seul l'utilisateur puisse voir ce qui s'affiche. Ces solutions sont celles que les industries sensibles préconisent pour éviter l'espionnage.

Avec le filtre à volets, l’angle de vision est limité en tout à 60°. Les voisins situés à proximité ne voient qu’un écran noir. © 3M

Qui n'a jamais eu cette désagréable sensation que l'on regardait par-dessus son épaule ? Cela débute dès l'enfance quand le voisin de classe cherche à s'inspirer de notre devoir, puis se poursuit dans les transports en commun lorsque l'on tapote du bout des doigts sur un smartphone ou que l'on rédige un document personnel sur un ordinateur portable dans le confinement d'un avion ou d'un train.

Malheureusement, la curiosité est dans la nature humaine et avec nos appareils mobiles actuels, le phénomène est aussi permanent qu'agaçant. Alors comment faire pour éviter ces regards indiscrets ?

Modifier son écran soi-même : mode d'emploi d'un bricoleur

Le site Instructables propose depuis la semaine dernière une solution radicale. Un internaute portant le pseudo de Dimovi a en effet posté un mode d'emploi pour le moins étrange. Cet ingénieur en électricité, passionné de bricolage, nous apprend comment modifier en sept étapes un vieil écran LCD pour qu'il échappe totalement à la vue du voisinage proche. En pratique, l'écran affiche en permanence une surface très lumineuse sur laquelle aucune personne autre que l'utilisateur ne peut voir, à la condition qu'il porte des lunettes « magiques ». Magiques ? Pas tant que cela, puisqu'en réalité, tout le nécessaire pour créer ce moniteur confidentiel et ses lunettes spéciales se trouve dans l'écran.

Pour fabriquer les verres de ces lunettes, il faut au préalable démonter le moniteur puis retirer un film polarisant. C'est ce filtre, collé sur la plaque de cristaux liquides rétroéclairés, qui permet d'afficher des images sur l'écran. Sans lui, on ne peut voir que le système rétroéclairage du moniteur, autant regarder une lampe à souder... Une fois découpé et adapté aux lunettes, ce filtre fait son office. Seuls outils nécessaires pour créer ces lunettes : une simple paire de ciseaux, un cutter, un tournevis cruciforme, un peu d'acétone et de la colle...

Une solution efficace, radicale, totalement inutile à la maison, et surtout très difficile à mettre en place sur un écran de PC portable, une tablette ou un smartphone. © CutYourWay/Youtube

Mis à part cet exemple quelque peu farfelu, il existe depuis une petite dizaine d'années des solutions commerciales pour rendre confidentiel ce qui est affiché à l'écran. On ne parle pas de la tentative sans lendemain de Toshiba en 2003, qui proposait un écran à faible angle de vue, mais des filtres amovibles ou non, qui se placent directement sur l'écran, comme ceux conçus par 3M, Kensington, Targus, ou encore V7.

La technologie de « filtre à volets »

Une fois le filtre mis en place, seule la personne placée bien en face du PC peut consulter ses données en toute discrétion. Bien entendu, la taille du filtre est adaptée à celle du portable ou de l'écran de bureau. En plus de rendre illisible l'écran pour le voisinage, les reflets sont amoindris. En revanche, la luminosité y perd beaucoup.

C'est la technologie dite de filtre à volets, systématiquement employée par les constructeurs de filtres (autrefois fabricants de filtres antiradiations et antiluminosité en verre, utilisés pour les tubes cathodiques, et qui ont donc dû se recycler...).

Pour comprendre ce procédé, il suffit de s'imaginer devant un volet à persiennes. On ne peut voir à travers que si on se place dans le bon axe. Sur un écran, il s'agit d'un film transparent légèrement fumé doté de milliers de petits volets microscopiques. Grâce à eux, l'angle de vision est limité à 30° à gauche et à droite.

Le filtre à volet reprend le bon vieux principe des volets à persiennes. Minuscules, les volets sont orientés pour faire passer la lumière lorsque l’on est placé devant l’écran, mais l’obstruent lorsque l’on est sur les côtés. © 3M

C'est ce procédé qui est utilisé sur certains télescopes de la Nasa pour observer des objets stellaires à des distances éloignées. Le rôle de ces microvolets consiste alors à masquer la lumière parasite d'objets non désirés situés au premier plan. C'est notamment le cas de la pollution lumineuse provenant des villes.

3M, la société qui a créé le Scotch dans les années vingt, puis les Post-it, propose ce genre de filtre. Et Olivier Ruiz, son directeur vente et marketing pour la mobilité en France, explique que le marché du filtre de confidentialité est en réelle expansion depuis quelques années. « Ce dispositif ne concerne que très peu les particuliers. En revanche, les clients proviennent essentiellement de l'industrie, notamment dans les domaines de l'aéronautique, de la défense, ou les sociétés de conseils et d'audit ».

Présentation des filtres de confidentialité de la marque 3M pour les PC portables. © 3M

Airbus, par exemple, équipe 100 % des ordinateurs de ce genre de filtres. Autrement dit, il s'agit de secteurs dans lesquels l'espionnage industriel n'est pas vraiment une question de paranoïa, mais une réalité au quotidien.

Selon ses chiffres, dans le secteur professionnel, « aujourd'hui 1 % des ordinateurs vendus aux professionnels sont équipés d'un tel dispositif en France, contre 7 à 8 % aux États-Unis ».

Une tablette comme l’iPad diffuse une image visible depuis toutes les directions, le filtre en rend confidentiel l’affichage, mais uniquement en mode portrait du fait de l’orientation statique des volets. Un tel filtre coûte aux alentours de 30 euros. © 3M

Mais il n'y a pas que les écrans d’ordinateurs qui peuvent être protégés, puisque depuis quelques mois, ce type de filtre est prisé sur le marché des smartphones et des tablettes. Et pour cause, contrairement à un écran, une tablette propose un angle de vision à 360° autour de l'appareil. Cependant, comme les petits volets du filtre ne peuvent pas être réorientés lorsqu'on fait pivoter l'affichage, il ne préserve la confidentialité qu'en mode portrait et n'a aucun effet en mode paysage.

Avec la multiplication de ces appareils mobiles, il n'est pas étonnant de voir la demande de filtres de confidentialité augmenter. Un comble quand on pense que l'objectif des constructeurs d'écrans LCD était depuis des années d'optimiser leurs filtres pour qu'ils puissent offrir l'angle de vision le plus important possible...

Cela vous intéressera aussi