Sciences

Frank Drake et son équation

Dossier - Extraterrestres : combien d'E.T. au bout du fil ?
DossierClassé sous :Astronomie , extraterrestre , Vie extraterrestre

-

Depuis 1959, la Terre attend un signal artificiel venu du cosmos. L’équation de Drake permet d’évaluer le nombre de civilisations avec lesquelles nous pourrions communiquer. Avec ce dossier, faites le calcul en examinant successivement les facteurs nécessaires à l'existence d’une vie intelligente extraterrestre.

  
DossiersExtraterrestres : combien d'E.T. au bout du fil ?
 

À l'âge de 8 ans, le futur astronome Frank Drake (né en 1930 à Chicago) pensait déjà qu'il y avait de la vie sur d'autres planètes. En 1959, Drake lança le projet Ozma, tentative de détection de signaux en provenance de deux étoiles, qui fut à l'origine de Seti.

Vue d'artiste de Gliese 667 Cb, avec la binaire Gliese 667 A/B au fond. © ESO/L. Calçada, CC BY 4.0

En 1961, le jour d'Halloween, des spécialistes se réunissent pour faire le point sur les projets Seti. La réunion fut organisée à Green Bank par J. P. T. Pearman, membre de l'Académie nationale des sciences, dans le but de réfléchir sur les chances de succès des projets Seti. La liste des participants comprenait trois prix Nobel, à l'instar de Melvin Calvin, qui apprit le jour même qu'il recevrait le Nobel de chimie. Carl Sagan était également présent.

Portrait de Frank Drake. © M-n-M, cc by nc 2.0

Lorsque Frank Drake a dû concevoir un agenda, il lista toutes les conditions nécessaires à la communication avec d'autres civilisations : il faut des étoiles, des planètes, avec un écosystème pour que se développent la vie, puis l'intelligence, et la communication. Enfin, il faut que ces civilisations technologiques vivent suffisamment longtemps. En multipliant tous ces facteurs dont il souhaitait parler avec ses collègues, il se rendit compte que l'on pouvait les multiplier pour obtenir un nombre N, le nombre de civilisations extraterrestres de la Galaxie avec lesquelles nous pourrions communiquer. Cette formule est devenue célèbre sous le nom d'équation de Drake. La beauté de la chose tenait à ce que c'était un excellent moyen pédagogique de parler d'astronomie à des étudiants d'une part, et qu'on pouvait ainsi quantifier notre ignorance d'autre part.

L’équation de Drake dans sa forme originelle. © DR

Un atelier fut organisé au Cnes à Paris pour célébrer les 50 ans de cette équation en 2011, et faire le point sur l'évolution de nos connaissances. De nombreux astronomes étaient présents, en particulier des chercheurs en exobiologie.

Dans les pages suivantes, nous examinerons chacun des termes de l'équation, afin de voir les progrès réalisés, et de quantifier, à notre tour, notre ignorance.