Sciences

Vie : sommes-nous seuls dans l’univers ?

Dossier - Extraterrestres : combien d'E.T. au bout du fil ?
DossierClassé sous :Astronomie , extraterrestre , Vie extraterrestre

-

Depuis 1959, la Terre attend un signal artificiel venu du cosmos. L’équation de Drake permet d’évaluer le nombre de civilisations avec lesquelles nous pourrions communiquer. Avec ce dossier, faites le calcul en examinant successivement les facteurs nécessaires à l'existence d’une vie intelligente extraterrestre.

  
DossiersExtraterrestres : combien d'E.T. au bout du fil ?
 

Chacun peut avoir son avis, mais les scientifiques ont besoin de preuve, c'est-à-dire d'une expérience ou d'une observation que l'on peut reproduire. L'histoire de la recherche de la vie sur Mars nous montre que des erreurs peuvent être commises.

Photo de la pleine lune à Madison, dans l'Alabama (Etats-Unis). © Gregory H. Revera, CC BY-SA 3.0

À l'évocation des extraterrestres, chacun voit surgir des images de personnages, héros de dessins animés ou de films de science-fiction, comme E.T., maître Yoda dans Star Wars ou les Na'vi dans Avatar. L'un des plus anciens, Marvin le Martien, a été créé en 1948 par Chuck Jones pour la série Looney Tunes.

Télescope braqué en direction de la Lune, à Frangy-en-Bresse, en Saône-et Loire. © Élisabeth Piotelat

Quels que soient l'âge ou la culture de la personne à laquelle on s'adresse, elle est très souvent capable de citer le nom d'un extraterrestre. À la question « sommes-nous seuls dans l'univers ? », les arguments pour une réponse négative peuvent aussi être issus d'expériences personnelles ou de rencontres avec le témoin convaincant d'une observation de soucoupe volante. Toutefois, cette intuition, qui peut se traduire par les propos de Jean Heidmann : « Je subodore que l'intelligence sur Terre n'est pas le nec plus ultra de ce que l'univers a pu produire », ne constitue pas une preuve.

Qu'est-ce qu'une preuve ?

Les scientifiques ont besoin de preuves. Un astronome célèbre et auteur à succès, Carl Sagan, a déclaré : « À postulat extraordinaire, preuve extraordinaire ! ». Un témoignage ne suffit donc pas pour assurer que nous ne sommes pas seuls dans l'univers. Notre mémoire est loin d'être parfaite. Certains ont une bonne mémoire immédiate et peuvent répéter une série de chiffres qu'ils viennent d'entendre. D'autres ont une excellente mémoire à long terme. Qu'ai-je fait hier à la même heure ? Où étais-je il y a exactement un an ?

Une observation peut être une preuve, à condition de pouvoir la reproduire. Par exemple, la Lune existe, comme en témoigne la photo plus haut !

La preuve de l'existence des Martiens…

En revanche, l'observation peut aussi induire des astronomes en erreur. Par exemple, en 1877, l'Italien Schiaparelli a observé des canali sur Mars. À une époque où la technologie fascinait beaucoup de monde, le terme fut traduit par « canaux », alors que la traduction exacte serait plutôt « sillons ».

Cette découverte fut confirmée par l'Américain Lowell, qui produisit des dessins similaires de la surface de Mars en 1894.

Les « canaux » dessinés par Schiaparelli (en haut) et Lowell (en bas). © University of Arizona, DP

Bien sûr, de tels canaux ne pouvaient qu'avoir été construits par des êtres intelligents. Ainsi, Schiaparelli déclara : « Leur aspect étrange, leur régularité géométrique rigoureuse font penser qu'ils ont été construits par des êtres intelligents, habitants de cette planète. J'estime qu'on ne saurait contester une telle supposition, qui n'a rien d'impossible » (A. Oparine, V. Fessenkov, La vie dans l'univers, éditions en langues étrangères, Moscou, 1958, p. 187).

La science-fiction a contribué à entretenir le mythe martien, par exemple la série du Cycle de Mars d'Edgar Rice Burroughs, publiée à partir de février 1912. Elle met en scène le personnage de John Carter dans l'univers décrit par Percival Lowell.

Couverture d'un roman d'Edgar Rice Burroughs. © DP

Il a fallu attendre les images de la sonde Mariner IV en 1965 pour constater que les observations de Lowell et Schiaparelli étaient erronées.

Depuis, les images fournies par le télescope Hubble et par les robots qui sont en orbite ou se sont posés à la surface de Mars ont confirmé qu'il n'y avait ni canaux ni vie sur Mars.

Le robot astromobile Curiosity repéré à la surface de Mars et photographié par Mars Orbiter en 2013. En haut à droite, Mars vu par Mariner IV en 1965, et par Hubble en 1999 en bas à droite. © Nasa, JPL-Caltech, University of Arizona

Aujourd'hui, en 2014, on n'a pas de preuve de l'existence de vie extraterrestre, mais on sait qu'il y a de l'eau sur Mars. Curiosity en a mesuré 2 % dans la poussière en septembre 2013.