Sciences

La communication interstellaire

Dossier - Extraterrestres : combien d'E.T. au bout du fil ?
DossierClassé sous :Astronomie , extraterrestre , Vie extraterrestre

-

Depuis 1959, la Terre attend un signal artificiel venu du cosmos. L’équation de Drake permet d’évaluer le nombre de civilisations avec lesquelles nous pourrions communiquer. Avec ce dossier, faites le calcul en examinant successivement les facteurs nécessaires à l'existence d’une vie intelligente extraterrestre.

  
DossiersExtraterrestres : combien d'E.T. au bout du fil ?
 

L'objectif de l'équation de Drake était de trouver des civilisations avec lesquelles communiquer, capables au minimum de recevoir un coup de fil, même sans être en mesure de décoder le message ou d'y répondre. Fc représente donc le taux de civilisations intelligentes ayant développé la communication interstellaire.

L'information, comment l'échanger ? © Geralt CC0, Domaine public

En 1959, le moyen le plus connu pour échanger de l'information était d'envoyer un message et d'attendre une réponse. Aujourd'hui, si nous envoyons des messages électroniques par Internet et des cartes postales, nous avons également complexifié notre façon de communiquer, en la rendant plus efficace, en particulier grâce à la structure des réseaux informatiques.

Ainsi, en 2011, alors que les scientifiques se réunissaient pour les 50 ans de l'équation de Drake, le mouvement des Indignés n'a guère été relayé dans les journaux ou à la télévision, mais il a envahi la Toile, avec des vidéos postées sur de nombreux sites, en direct via des téléphones portables de Madrid à Chicago en passant par la Défense à Paris. Le mouvement n'avait aucun chef, aucune hiérarchie, et a montré ainsi la puissance et la rapidité des échanges d'information sans passer par aucune autorité.

Les Indignés à la Défense, en novembre 2011. © Élisabeth Piotelat

Le développement des réseaux sociaux, et de ce que l'on nomme le « Web 2.0 », a donné naissance à ce que certains sociologues appellent la « civilisation 2.0 », dans laquelle on communique par voie hétérarchique. Ce ne sont plus des échanges individuels où l'on envoie un message en attendant une réponse, ni une communication de la part d'un « maître » (professeur, journaliste) diffusant son message à un groupe d'auditeurs ou d'élèves. Certains ont commencé à rêver d'une démocratie réelle où les décisions seraient prises par tous à la suite d'un consensus obtenu en recueillant en temps réel le maximum d'avis.

Sur le Web 1.0, les informations étaient codées en HTML par des experts, qui les copiaient sur un serveur (par exemple, celui de Futura-Sciences), sans que l'on puisse commenter pour signaler une erreur ou compléter un article avec ses connaissances. Avec le Web 2.0, chacun peut modifier une page sur Wikipédia qui, avec ses quelque 13 millions d'articles, est devenue plus riche que l'encyclopédie Britannica.

La « civilisation 2.0 » : une nouvelle façon de communiquer ? © Élisabeth Piotelat

Pour en revenir à l'équation de Drake, toutes les planètes que nous connaissons où l'intelligence s'est développée (c'est-à-dire la Terre) ont les moyens de communiquer vers d'autres planètes, donc Fc = 1. Mais avec la civilisation 2.0, inutile de relever sa boîte aux lettres régulièrement ! Il faut aller chercher l'information sur des sites, des réseaux sociaux, etc. À l'échelle galactique, cela pourrait impliquer qu'il est vain d'attendre un signal fort qui arriverait directement sur l'antenne du radiotélescope d'Arecibo (Porto Rico), et que ce n'est pas la peine d'envoyer un message en attendant une réponse. Il faut plutôt sonder l'univers afin de trouver les lieux où l'on discute ou commente les informations.

Notre équation simplifiée devient donc :

L’équation de Drake après avoir conclu que Fc vaut 1 et dans ses deux versions. © DR