Vue d'artiste de l'HTV-X, le successeur de l'actuel véhicule de transfert japonais H-II Transfer Vehicle (HTV), dont la mise en service est prévue en 2022. © Jaxa
Sciences

HTV-X

DéfinitionClassé sous :station spatiale internationale , HTV-X , ravitaillement de la Station

L'HTV-X est une version améliorée et modernisée de l’HTV qui a été utilisé de 2009 à 2020 pour essentiellement ravitailler le segment nippon de la Station spatiale internationale. Initialement programmés en 2020, le vol inaugural et la mise en service de l'HTV-X sont prévus en 2022. Une version adaptée à  des voyages à destination de la Lune pour être réalisée pour ravitailler le Gateway de la Nasa.

Bien qu'il soit plus petit en taille que l'HTV (8 mètres contre 10), l'HTV-X pourra tout de même transporter une charge utile quasiment identique, en terme de masse, que l'HTV (5,82 tonnes contre 6 tonnes). Contrairement à son prédécesseur, ce nouveau cargo disposera d'un espace extérieur sur lequel sera installé le fret non pressurisé, offrant ainsi un plus grand volume disponible à l'intérieur du module pressurisé.

HTV-X pourra également emporter du fret qui nécessite d'être alimenté en énergie en permanence, comme des congélateurs ou des petits conteneurs qui transportent des organismes vivants pour des expériences, ce qui n'était pas possible avec le HTV. Pour cela, il disposera de panneaux solaires qui produiront l'électricité nécessaire. Il disposera également d'une trappe latérale qui permettra le chargement tardif de marchandises tels que des aliments frais, des expériences ou du fret pour répondre à un besoin de « dernière minute ».

Plus de deux ans en orbite

Le vol inaugural est prévu en 2022 à une date qui n'a pas encore été officiellement annoncée. Il sera lancé à bord de nouveau lanceur H-III conçu pour une alternative plus abordable aux lanceurs H-IIA et H-IIB.

Ce futur cargo spatial pourra rester en orbite pendant environ deux ans dont jusqu'à six mois amarré au complexe orbital. À la fin de sa mission de ravitaillement, il sera utilisé comme plateforme de test pour une variété d'expériences et de démonstrations de technologies avancées pendant une période qui pourra durer jusqu'à dix-huit mois. À la fin de sa mission, il ne sera pas récupéré. Comme son prédécesseur, il effectuera une rentrée atmosphérique contrôlée et destructive au-dessus d'une zone inhabitée du Pacifique Sud.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Un bras robotique pour les astronautes  Avec ses nombreux mouvements possibles, le bras robotique mis au point par DLR pourra effectuer des tâches complexes, sur Terre ou dans l'espace. Il se commande par programmation ou bien, comme on le voit ici, en reproduisant les mouvements d'un humain. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !